Portrait d’expat : Martin aka DJ Just Chill

Portrait d’expat : Martin aka DJ Just Chill

JustChill

Oh well. Quand on lit ou regarde des portraits de Français à New York, c’est souvent pour mettre en lumière des traders, des grands chefs, ou des fashion designers. Voilà les trois domaines dans lesquels les Français officient à New York à en croire nos écrans et nos magazines : cash, food, fashion. Mais non ! La ville concentre plus de huit millions d’habitants. Parmi eux, 15 000 sont Français (Census 2013). Loin des podiums, des boulangeries et de la bourse, certains se sont frayés un chemin bien différent. Ils sont venus à New York pour réussir, bercés par un beat qui leur trottait dans la tête depuis l’adolescence. Bercés par un beat hip hop. On est pas mal dans ce cas, et à l’époque, souvenez-vous, je vous avais raconté les histoires de certains de ces cool kids, Corentin, Armen, Diesel, Layla, Lolo, Rudy et Fred. Et bien j’aimerais ajouter celui de Martin, aka DJ Just Chill, aka hustler en costard, aka entrepreneur 3D. Itinéraire d’une love story en deux mi-temps avec NYC. Read more

Publicités
Subway – all day every day

Subway – all day every day

Jeudi soir. Pour une fois, je sors pendant la semaine. Rendez-vous à Williamsburg à Brooklyn pour voir ?uestlove mixer. Il y est tous les jeudis de juin et juillet. Et faut le dire, c’est l’un des meilleurs. Il a l’art et la manière de mettre l’ambiance et de nous ramener back in the days avec des sons sur lesquels dès l’intro, on crie de joie. Mais pour voir ?uest’, encore faut-il s’y rendre. J’ai toujours un peu d’angoisse avant de prendre le G train, l’un des rares métros qui va à Williamsburg. Parce qu’il vient toutes les 20 minutes. Et que la station, elle dégoutte. On y alterne les chauds/froids, l’infrastructure laisse à désirer, les rats y ont élu territoire… J’arrive sur le quai. Vu le désespoir dans les yeux des gens, je comprends qu’ils attendent là depuis longtemps. Et puis aujourd’hui j’ai pas pris de livre ou magazine à lire, ça rentrait pas dans mon petit sac de pétasse où y’a de la place que pour mon téléphone, ma CB et ma carte d’identité. Au lieu de me tourner les pouces, j’en profite pour sortir mon Blackberry et vous y raconter la vie dans le métro là…en direct du métro. Bah ouais, pourquoi pas ? Je puise mon inspiration dans les bas-fonds de la ville ! Read more