10 raisons d’aimer Miami

10 raisons d’aimer Miami

Miami

Mon amour pour Miami n’était en rien prémédité. Arrivée à New York en 2009, du haut de mes 25 ans, je ne jurais que par cette ville. New York coulais dans mes veines. Je vivais à Fort Greene, un quartier métissé de Brooklyn, mon bureau était dans le bouillant et très gourmand Soho. L’énergie qui se dégageait de la grosse pomme était telle qu’en plus de mes reportages télé, je vous racontais des histoires, ici même, sur ce blog. Ça a duré un peu plus de 3 ans et c’était cool non ? Pourtant, dès que j’avais quelques jours de libre, je m’évadais à la découverte de nouvelles villes américaines. Washington, ou Philadelphie à quelques heures en car, La Nouvelle Orléans ou Atlanta, plus au sud, L.A et San Francisco sur la côte Est… Et Miami. Ahhhh, Miami. J’y ai tellement voyagé que je ne compte plus mon temps là-bas en semaines mais en mois. Je résidais la plupart du temps à Miami Beach et c’est là que je vous emmène aujourd’hui, en dix points, histoire de vous faire aimer ce petit coin de paradis… Read more

Publicités
Et les Américains découvrirent le foot… et l’Afrique

Et les Américains découvrirent le foot… et l’Afrique

Depuis que je suis revenue de Miami et que l’équipe de France a joué un peu comme moi et mes copines quand on était ados, je ne suis plus vraiment la Coupe du Monde. D’habitude c’est tellement plus marrant, ça nous occupe pour au moins un mois parce qu’on arrive toujours en finale. Bref. L’époque du « Et 1 et 2 et 3 zéro » est révolue. Les années 2000 sont plus scandaleuses, en mode « Va te faire encu*BIIIP* sale fils de *BIIIP* », vuvuzela et Paul le poulpe. Pourri et pas très sérieux quoi. Mais quelle ne fut pas ma surprise quand un beau jour, vers 12h, j’ai entendu des cris au bureau qui me rappelèrent vaguement ceux que je gloussais quand notre équipe marquait des buts, avant, dans les années 90. Je vais espionner mes collègues et là je vois genre quinze mecs devant un petit écran d’ordi avec une tête un peu angoissée, se mordillant les lèvres. Je leur dis ‘what’s’going on’. Ils ne décrochent pas leurs yeux de l’écran et me disent que les US sont en train de gagner contre l’Algérie. Merde. Je savais même pas que les US étaient toujours en lice ! Contre l’Algérie ? Je ricane une seconde pensant au mini pourcentage d’Américains qui savent où se trouve l’Algérie. Puis je ricane un peu plus fort en pensant au mini petit pourcentage d’Américains qui connaissent les règles du foot a.k.a soccer en langage local. Non mais sérieusement les mecs, depuis quand vous calculez le foot ? Read more

Let’s go to the gym!

Let’s go to the gym!

Yeah ! je suis de retour à New York après deux semaines off en France. J’ai pensé une seconde m’inspirer de ce voyage pour écrire un post, parce que c’était plein d’émotions, que c’était Noël, et tout et tout. Mais après réflexion, ma France j’l’ai trouvé un peu morose. Entre leur débat ultra hypocrite sur l’identité nationale, les dérapages de nos politiques, mes amis au chômage et ceux qui font la tête, j’me suis dis que bah, c’était pas la joie quoi. Heureusement qu’il y a Yann Barthez hein ! Donc bon, au lieu de plomber l’ambiance avec un article amer, j’ai décidé d’écrire sur… ma salle de sport ! Bah oui j’y avais jamais pensé, mais en fait c’est l’ultime expérience américaine ! J’ai eu un déclic en faisant des squats sur de la dance au milieu d’autres meufs en legging pendant que la prof criait et que je comprenais rien. J’me suis dit que ce serait plus folklo qu’un coup de gueule bleu blanc rouge. Alors 1, 2 et 1, 2, 3, 4 (même décompte de Nicolas à la batterie dans Hélène et les Garçons !) Read more