Me, my camera et les rappeurs

Me, my camera et les rappeurs

Je vis désormais entre Paris et New York et c’est très bien comme ça. Quand tu vois la mort de près, ça te fait voir la vie différemment. Et avec ces nouvelles lunettes sur le nez, mon cher New York me paraît un peu futile finalement. Pas que Paris soit bien mieux hein, mais sur Paname, y’a la famille. Et ça n’a pas de prix la famille… Ca n’a plus de prix. Alors depuis mon Paris tout gris, je me demande ce que je peux vous raconter de doux sur New York. J’y retourne dans quelques semaines (parce que quand même, dur de vivre sans), et j’ai le syndrome de la page blanche. J’ai l’impression d’avoir tout dit en trois ans, des concerts, aux credit cards en passant par le date, Halloween et cette éternelle love/hate relationship avec la ville… What else !? Bah il reste un p’tit quelque chose que je n’ai jamais raconté et qui rythmait pourtant mes journées… Mon job. Toutes ces années à NYC, j’ai eu un taf hors du commun et pas de tout repos ! J’ai couvert l’actualité musicale (enfin urbaine surtout) pour une chaîne française. Caméra et trépied sous le bras, tu me retrouvais chez Motown, Def Jam, Atlantic, EMI, Jive, à des concerts, des release party, des press day, le micro à la main et le point de ma cam’ sur les stars du moment. Plongée, sans masque, dans l’univers de journaliste du ter’ter au féminin… me, my camera… et les rappeurs. Read more

Publicités
Make It Rain!

Make It Rain!

Il y a quelques semaines, je suis partie à Atlanta. Pour la première fois. Ça fait un bail que je rêve d’y aller. Amour du hip hop oblige. Et puis c’est la capitale du Sud, un eldorado afro-américain (50% de Noirs, 40% de Blancs…), et un de mes bons amis vient de s’y installer. Je partais pour le boulot, avec quelques idées reçues et des faits : les spécialités régionales sont la friture, les meufs supa-dupa-fake, l’aquarium de Georgia, le QG de Coca-Cola, le (rap) Dirty South et le mot Peachtree (arbre à pêches), incrusté dans le nom de toutes les rues de la ville. J’ai aussi appris qu’ATL était jumelée avec Toulouse. Ah, ok. En gros je m’attendais à manger des trucs frits, tomber nez à nez avec des rappeurs, voir des meufs habillées ambiance red carpet pour sortir leur chien, boire du coca à l’œil, me perdre dans des artères aux noms similaires et croiser des ados toulousains. J’étais loin de me douter de ce qui m’attendait… Parce qu’après quelques instants passés à Atlanta, la seule chose que les potos avaient en tête, c’est d’aller au strip-club. Oh well. Le strip-club ? Really ? Ok I guess…

Read more

Le concert gratuit de 50 Cent

Le concert gratuit de 50 Cent

50 Cent quand même tu connais ? Oui oui, ses clips bling bling, son film « Get Rich Or Die Tryin », ses beefs avec The Game, Rick Ross ou plus récemment Jay-Z, le G-Unit, le rap new-yorkais quoi. Bon, il a sorti « Before I Self Destruct » (BISD pour les intimes), son 4ème album, et les chiffres viennent de tomber, il a vendu 150 000 opus en première semaine. Moyen, très moyen. Il a donné un concert gratuit lundi soir à New York… parce que faut le dire, notre rappeur est en manque de vitesse et il doit bien redonner aux fans un peu de substance pour qu’ils reprennent confiance en lui… Tu penses bien que si j’en parle, c’est que j’y suis allée. Non pas que j’aime spécialement ce qu’il fait mais voilà, ça reste un géant du rap, je ne l’avais jamais vu sur scène, et surtout, c’était gratuit. Et le gratuit à New York, on AIME ! Je me suis donc tapée un petit concert de « musique hip hop » (comme dirait ma maman) pour commencer la semaine. 50 + 0$ + New York = ghetto assuré ! Ahaha ! Read more

J’aime l’expo « Who Shot Rock & Roll » du Brooklyn Museum

J’aime l’expo « Who Shot Rock & Roll » du Brooklyn Museum

Popsie_Randolph2

On a beau être des fans de hip hop, force est de reconnaître qu’il y a eu une vie avant cette culture (et non « sous culture » Eric Zemmour). D’ailleurs, si on creuse un peu et qu’on se rappelle les mélodies de notre enfance, les noms des Beatles, Elvis, Jimmy Hendrix, Kurt Cobain, Bob Dylan ou James Brown doivent t’être familiers… Et bien c’est à eux que cette expo rend hommage. Ou plutôt aux photographes qui ont su capturer l’essence de ces icônes. Et contrairement aux apparences, de nombreux artistes hip hop & soul sont aussi immortalisés aux côtés des Rock stars. Croyez-moi, « Who Shot Rock & Roll » vaut le détour. Tu souris, tu te questionnes, tu grimaces, tu te souviens (ou pas), tu en fais le tour plein de nostalgie, avec cette envie de ressortir de la cave les K7 de tes parents. Tout amoureux de la Musique y prendra son pied. Le mieux ? La faire en nocturne, le 1er samedi du mois, quand le musée ouvre gratuitement ses portes au public. Ambiance garantie… Read more