Maroquinerie et compagnie…

Maroquinerie et compagnie…

La casbah Amridil La France est mon pays. Le Maroc aussi. Mon père y est né. Et son histoire me berce depuis toujours. Pendant ma jeunesse, je l’écoutais me conter ses souvenirs du désert. Comment il avait chassé une meute de chiens qui effrayait ses sœurs, comment il avait élevé un loup, comment, avant d’entrer dans les pièces de la casbah, le soir venu, il fallait taper dans ses mains pour éloigner les serpents, comment sa maman cachait de petits berlingots Nestlé dans les fissures des murs. Comment il arrivait à les trouver, et s’en délectait en cachette. Comment il devait grimper aux palmiers pour polliniser manuellement les dattes. Comment il s’était fait piqué par un scorpion. Comment on lui arrachait une dent si elle était cariée. Comment il jouait aux billes avec des crottes de chèvre. Au foot pieds nus. Aux cartes à la lueur d’une lampe à huile. Comment la vie était simple. Comment la vie était belle. Comment, en écoutant le désert il comprenait le monde. Comment, ce qui nous importe aujourd’hui n’avait aucun sens alors. Dans ce château de terre et aux alentours, une véritable vie féodale s’y organisait. Mon grand-père, commerçant et voyageur et son petit frère, le sage, se partageaient la casbah. A côté, mon grand-oncle, le cheikh, habitait le riad. Un peu plus loin, le plus âgé des frères, le religieux, vivait dans une grande maison de terre. Chacun des quatre frères avait un rôle important dans la communauté et ils régnaient ainsi sur Amridil, un village près de Skoura à une demi-heure de Ouarzazate. Y retourner me fait toujours autant de bien. « Si je sais d’où je viens je sais où je vais » chantait Wallen, quand on était au collège et qu’on écoutait NRJ. Je suis assez d’accord. Un retour aux sources a le mérite de remettre les idées en place. Et face à cette casbah, immense, majestueuse ; face à cette casbah, je suis transportée. De paix, de joie, d’émotion. Mais avant, passage à Casa et Agadir. Quel voyage ! Read more

Publicités