Empire State of My Mind

Empire State of My Mind

Ma chère maman,

Comment vas-tu là-haut ? Je me rassure en me disant que tu as dû trouver le coin des artistes et que De Staël et Odilon Redon te donnent des conseils. (« Attention à la manière dont tu manies le pinceau. Et tu devrais essayer cette technique. Et puis Jany entre nous, tes tableaux, surtout ceux qui s’inspirent de mon œuvre sont magiques« ). Nous ici, ça va mais tu laisses un vide maman. Un gouffre même. Dur de reprendre une vie normale quand celle qui te l’a donné disparaît devant toi. C’est pourtant ce que j’essaie de faire depuis deux mois, mais le cœur n’y est pas. Il est brisé et bien trop occupé à essayer de battre malgré les fissures. Fatigue constante, sourire discret, rétine humide, prête à lâcher les larmes à tout moment… J’ai même mes lunettes de soleil à portée de main, de jour comme de nuit, histoire de les cacher, ces yeux mouillés qui n’en font qu’à leur tête. Le pompon, au taf j’ai même explosé en sanglot en regardant le dernier clip de la Sexion d’Assaut Tout ce qui parle des mamans ou me rappelle tes derniers jours me donne la chair de poule. Mais ça va s’atténuer petit à petit j’imagine… Et puis depuis que je suis retournée à New York, la vie est bien différente sans toi. Plus de Skype quotidien, plus de shopping, taille 38, rayon maman stylée. A la place ce grand rien… Mais aussi la sensation d’avoir une bonne étoile qui voltige au dessus de ma tête de jour comme de nuit. Je te sens là malgré tout, là, dans l’empire state of my mind. Read more

50 raisons d’être euphorique de vivre à NYC

50 raisons d’être euphorique de vivre à NYC

Il y a quelques mois est sorti cet article… Publié sur l’un des blogs du Village Voice (journal gratuit plein de bons plans), ce post liste 50 raisons pour lesquelles il fait bon vivre dans la Grosse Pomme. L’article a fait le tour de New York, déchaînant les passions. J’ai souri à sa lecture, voyant un bout de mon quotidien dans ces lignes. Donc voilà, je reprends ces raisons, vous les traduis et les commente. Un article pro-New York ne fera pas de mal à mon blog poussiéreux de meuf venère… Voici donc les 50 Reasons to Be Pretty Damn Euphoric You Live in New York City version française, comprendre 50 raisons d’être putain d’content de vivre à New York City, sauce travelin’ girl. Probablement l’article le plus long jamais posté sur mon blog.

Read more

To be or not to be a Travelin’ Girl

To be or not to be a Travelin’ Girl

Mesdames. N’est pas Travelin’ Girl qui veut. Ça demande un peu de volonté, d’entretien, de réflexion et de coolitude. Et lors de votre prochain voyage à New York, voici les 10 consignes à respecter pour apposer le tampon T.G sur votre passeport…

1. Ton cul, tu décoinceras.
Attention ça peut porter à confusion. Il n’est pas question de te transformer en bitch, mais plutôt d’arrêter d’être une coincée du cul, le temps d’un séjour. Fini de longer les murs, la mine fermée dans le métro, l’esquivation rotative des gens qui te parlent, les grognements à la moindre contrariété. L’heure est à la libération, au sourire, à la nouveauté, au culot ! New York est LA ville de la ‘self expression’. C’est le moment de faire ce que tu veux, avec tes cheveux. Read more

New York ‘Foutaises’

New York ‘Foutaises’

New York est une ville incroyable, sale, déroutante, enivrante, surprenante, marrante, stressante. La liste n’en finie pas. Toujours est-il que je l’adore, souvent. La déteste, parfois. Le fait qu’elle ne soit pas complètement cernable en fait un challenge quotidien. Et sur place, Dieu sait qu’il y a des milliers de choses que j’aime et que je hais. Alors à mes heures perdues en attendant le ‘G train’, je prends des notes sur mon Blackberry, comme les rappeurs. Récemment j’ai regardé « Foutaises », ce court-métrage de Jean Pierre Jeunet qui me rappelle ma classe d’audiovisuel de Terminal L. Le personnage principal liste ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. Alors en voyant ça, je me suis dit qu’il était temps de partager avec vous mes coups de cœur et mes coups de nerf. Pour vous mettre dans le mood, mettez en route ce p’tit son à la Amélie Poulain et allons y gaiement…

Read more