Love Of My Life

Love Of My Life

J’ai aimé Fort Greene avant même d’y mettre les pieds. Quand j’étais étudiante, je suis tombée amoureuse d’un mec qui y avait vécu. C’était un disquaire, passionné de hip hop. Quand il me parlait de Fort Greene, ses yeux brillaient et je m’envolais illico, direction le restaurant Madiba, Fulton Street ou le café Habana. Il les décrivait avec tellement de précision que j’avais l’impression d’y être. Je buvais ses mots. Je m’inventais un petit monde aux allures de paradis soulful sur fond de Love of My Life, le morceau d’Erykah Badu et Common, deux anciens habitants du coin. D’ailleurs, ce morceau est parfaitement à l’image de ce quartier qui est devenu assez vite… mon quartier ! Read more

Publicités
Mon livre commencera peut-être ainsi…

Mon livre commencera peut-être ainsi…

I wake up, a ray of light in the left eye, the voice of a steward with a strong American accent in the ears. « Ladies and gentlemen, we begin our descent to JFK airport, please return to your seat and fasten your seatbelt. » I look through the tiny window. We are above the ocean. Then I see a long seashore reminding me of my flights to Nice. My neighbor tells me it is Long Island. At least that’s what I understand from her ‘oh so long’ sentences. She continues to speak and I’m thinking that our English classes in high school don’t prepare us for real conversation. I smile politely and return to my view, watching the world from the sky. We are now over New York. I have butterflies in my stomach. My dream is so close. And I’m happy. I’ve often heard « If you make it here, you can make it anywhere. » We’ll see if it’s true. Read more

BB King mood

BB King mood

A New York, ce qui est génial, c’est que si tu veux sortir, tu as l’embarras du choix. Y a toujours des trucs nouveaux à y faire. Jeudi matin en arrivant au travail, je vole le magazine ‘Time Out’ sur le bureau de mon collègue. C’est un peu la bible culturelle d’NYC. Mais je n’y regarde toujours qu’un seul chapitre : LES CONCERTS. Ça fait un moment que je ne suis pas sortie après le boulot. De 1) parce que j’en ai trop, donc j’ai pas le temps. De 2) parce que depuis que je suis abonnée à Netflix, je peux voir tous les films que je veux, quand je veux, en ligne… Et ça prend le peu de temps que j’ai. Et de 3) parce que ces dernières semaines ont été très pénibles. (J’en profite pour faire un big up aux lecteurs qui m’ont envoyé des petits mots doux. Je ne réponds pas, mais je vois tout). Mais là, j’ai décidé de sortir de mon hibernation netflixienne. Et comme par hasard, dans le ‘Time Out’, sous ‘Jeudi 10 Mars’, dans la rubrique ‘Hip-Hop R&B’, je vois écrit 3 mots originaires des années 90 : Boyz II Men. Direct, j’me mets à divaguer, me remémorant le collège, mes Star Club dans lesquels je découpais leurs paroles de chansons, mes posters sur les murs, les CD achetés en francs. Et puis je réalise que j’ai jamais vu ces mecs en concert. Et ils passent ce soir. Au BB King, à Times Square. Évidemment, il reste des places. En plus j’ai un brushing. C’est l’occasion rêvée ! Je motive mon pote de galère, qui s’évanouit à l’annonce de ces trois mots qui sonnent si doux à nos oreilles de kids des années 90… Boyz II Men… BOYZ II MEN… Read more

New York ‘Foutaises’

New York ‘Foutaises’

New York est une ville incroyable, sale, déroutante, enivrante, surprenante, marrante, stressante. La liste n’en finie pas. Toujours est-il que je l’adore, souvent. La déteste, parfois. Le fait qu’elle ne soit pas complètement cernable en fait un challenge quotidien. Et sur place, Dieu sait qu’il y a des milliers de choses que j’aime et que je hais. Alors à mes heures perdues en attendant le ‘G train’, je prends des notes sur mon Blackberry, comme les rappeurs. Récemment j’ai regardé « Foutaises », ce court-métrage de Jean Pierre Jeunet qui me rappelle ma classe d’audiovisuel de Terminal L. Le personnage principal liste ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. Alors en voyant ça, je me suis dit qu’il était temps de partager avec vous mes coups de cœur et mes coups de nerf. Pour vous mettre dans le mood, mettez en route ce p’tit son à la Amélie Poulain et allons y gaiement…

Read more

Mon premier Thanksgiving à New York

Mon premier Thanksgiving à New York

Ok, Thanksgiving, c’est fait. Les Cainris ont jamais de jours fériés, mais quand ils en ont c’est pas pour faire semblant. Résultat, jeudi 26, ils ont passé la journée en famille, à manger de la dinde et à célébrer la survie des premiers colons américains, face à un hiver super rigoureux (ils ont par la même, tué pleins d’Indiens mais j’imagine que l’Histoire se souvient plus de la dinde et du maïs qu’ils ont mangé à la fin, que du sang qui a coulé)… Dis comme ça, ça à pas l’air de faire rêver. Mais avec le temps c’est devenu une fête familiale super bon enfant qui donne l’occasion d’être thankful (je traduirai par reconnaissant, mais thankful j’trouve ça plus profond, donc je le laisserai tel quel dans le texte). Mon premier Thanksgiving s’est fait en 3 étapes. En résumé, ça à été une occasion pour m’en mettre plein la panse, pour me prendre une claque culturelle et pour remercier, remercier et remercier. Awesome! I mean like for real! Read more

#1 – Lost in translation

#1 – Lost in translation

Skyline
Skyline

Ok. Mise en contexte. Je vis à Paris, je me nourris de musique et je suis arrivée à New York il y a une semaine pour passer 3 mois dans la Grosse Pomme, travaillant à la rédaction d’un magazine musical. Petit itinéraire d’une semaine mouvementée. Read more