Make It Rain!

Make It Rain!

Il y a quelques semaines, je suis partie à Atlanta. Pour la première fois. Ça fait un bail que je rêve d’y aller. Amour du hip hop oblige. Et puis c’est la capitale du Sud, un eldorado afro-américain (50% de Noirs, 40% de Blancs…), et un de mes bons amis vient de s’y installer. Je partais pour le boulot, avec quelques idées reçues et des faits : les spécialités régionales sont la friture, les meufs supa-dupa-fake, l’aquarium de Georgia, le QG de Coca-Cola, le (rap) Dirty South et le mot Peachtree (arbre à pêches), incrusté dans le nom de toutes les rues de la ville. J’ai aussi appris qu’ATL était jumelée avec Toulouse. Ah, ok. En gros je m’attendais à manger des trucs frits, tomber nez à nez avec des rappeurs, voir des meufs habillées ambiance red carpet pour sortir leur chien, boire du coca à l’œil, me perdre dans des artères aux noms similaires et croiser des ados toulousains. J’étais loin de me douter de ce qui m’attendait… Parce qu’après quelques instants passés à Atlanta, la seule chose que les potos avaient en tête, c’est d’aller au strip-club. Oh well. Le strip-club ? Really ? Ok I guess…

Read more

Excuse my french…

Excuse my french…

Quand j’étais petite et que je chantais des chansons en anglais, généralement, je massacrais les paroles. Je comprenais pas ce que je disais, et comme tout ado, j’en faisais un remix immonde, incompréhensible, et le pire dans tout ça, c’est que même si je disais n’importe quoi, je disais à chaque fois le même n’importe quoi. Un genre de bazar organisé. Le refrain de nos amis Village People, qui chantaient gaiement « YYYYYMMMCCCAA » devenait « Moiiiii j’aime skier » et Aretha Franklin, qui épelait « RESPECT » devenait « Are we a-b-c-d, all omaniminstoumi, are we a-b-c-d… » Qui eut cru que je deviendrais potable en anglais après de tels débuts… Aujourd’hui c’est différent, je comprends un peu mieux les paroles, parfois ça me fait aimer encore plus certaines chansons de ma jeunesse, genre No Scrubs des TLC, et parfois, ça me fait l’effet l’inverse, genre Short Dick Man des 20 Fingers. J’ai aussi découvert avec l’âge que KRS One ne disait pas « Ouh ouh, assassin de la police » mais « Ouh Ouh, that’s the sound of da police ». Bref, on en apprend tous les jours ! Et maintenant que je vis aux États-Unis, retournement de situation, je m’amuse à voir ce que les Américains font de notre langue. Parce qu’ils mettent notre pays à toutes les sauces (French kiss, french fries, french manucure, french poodle, french toast…) mais qu’en est-il du français ? En tout cas, sache que grâce à Patti LaBelle et son Lady Marmalade, y’a moyen que quand tu rencontres un Américain, il te lâche sans scrupule « Oui oui, voulez-vous couchez avec moi ce soir » en éclatant de rire. Très beauf. Mais malheureusement très courant. Read more

Travelin’ Portrait #2 : Armen

Travelin’ Portrait #2 : Armen

Chose promise chose due. Chaque premier du mois, je vous présente un Français qui fait son trou à New York. Alors après Corentin du G-G-G-G-Unit, voici Armen (au milieu sur la photo), le réalisateur et photographe hip hop le plus talentueux de France et de Navarre. Possible que son nom ne te dise rien, pourtant je suis sûre que t’as vu ses photos et vidéos plus d’une fois. C’est lui qui a entre autres, réalisé les clips de l’album Ouest Side de Booba (Garde Le Pêche, Boulbi, Pitbull, Au Bout Des Rêves). Mais pas que. Il signe la pochette de l’album du 113, Sandy Cossett, Perla Lama, Booba ou le dernier Kayna Samet. Alors forcement, après avoir bossé avec les meilleurs artistes urbains de France, et même des États-Unis puisqu’il a photographié Jay-Z, Fifty ou encore Kanye, la next step pour lui était d’aller voir outre Atlantique ce qui s’y passait. C’est désormais chose faite. 3 ans qu’Armen vit à New York et il est pas prêt de revenir. Son visa vient d’être prolongé et ses contrats se multiplient. D’ailleurs là, il est en Californie en train de tourner le nouveau clip de Mélanie Fiona. Itinéraire d’un autodidacte exemplaire. Read more

Le concert gratuit de 50 Cent

Le concert gratuit de 50 Cent

50 Cent quand même tu connais ? Oui oui, ses clips bling bling, son film « Get Rich Or Die Tryin », ses beefs avec The Game, Rick Ross ou plus récemment Jay-Z, le G-Unit, le rap new-yorkais quoi. Bon, il a sorti « Before I Self Destruct » (BISD pour les intimes), son 4ème album, et les chiffres viennent de tomber, il a vendu 150 000 opus en première semaine. Moyen, très moyen. Il a donné un concert gratuit lundi soir à New York… parce que faut le dire, notre rappeur est en manque de vitesse et il doit bien redonner aux fans un peu de substance pour qu’ils reprennent confiance en lui… Tu penses bien que si j’en parle, c’est que j’y suis allée. Non pas que j’aime spécialement ce qu’il fait mais voilà, ça reste un géant du rap, je ne l’avais jamais vu sur scène, et surtout, c’était gratuit. Et le gratuit à New York, on AIME ! Je me suis donc tapée un petit concert de « musique hip hop » (comme dirait ma maman) pour commencer la semaine. 50 + 0$ + New York = ghetto assuré ! Ahaha ! Read more

Mon premier Red Bull BC One à New York

Mon premier Red Bull BC One à New York

Damn, ça faisait bien longtemps que le break m’avait pas fait d’effet. Les coupoles et freezes, pass pass et casquettes à l’envers, j’ai décroché. Enfin, ça, c’était avant que je vois un BC One en direct. Le concept ? Un battle international qui réunit les 16 meilleurs B-boys de la planète. Ils s’affrontent en 1 à 1 devant un jury de 5 danseurs mythiques. Et autour, y’a une foule de gros fanatiques qui crient dans tous les sens. Après Biel, Berlin, Sao Paulo Johannesburg et Paris, c’est au tour de New York, ville emblématique du break, d’accueillir l’événement. Et quel événement ! Un bon show hip hop sans trop d’artifices avec la crème de la danse, et des bonnes grosses figures du mouvement : KRS One (old school mais incontournable) et Talib Kweli (très respecté mais un peu spé). On n’est pas dans le mainstream, on est vraiment au cœur du truc, et ça fait du bien. En plus, les Français ont fait une sacrée impression ! Reprezent ! Read more

J’aime l’expo « Who Shot Rock & Roll » du Brooklyn Museum

J’aime l’expo « Who Shot Rock & Roll » du Brooklyn Museum

Popsie_Randolph2

On a beau être des fans de hip hop, force est de reconnaître qu’il y a eu une vie avant cette culture (et non « sous culture » Eric Zemmour). D’ailleurs, si on creuse un peu et qu’on se rappelle les mélodies de notre enfance, les noms des Beatles, Elvis, Jimmy Hendrix, Kurt Cobain, Bob Dylan ou James Brown doivent t’être familiers… Et bien c’est à eux que cette expo rend hommage. Ou plutôt aux photographes qui ont su capturer l’essence de ces icônes. Et contrairement aux apparences, de nombreux artistes hip hop & soul sont aussi immortalisés aux côtés des Rock stars. Croyez-moi, « Who Shot Rock & Roll » vaut le détour. Tu souris, tu te questionnes, tu grimaces, tu te souviens (ou pas), tu en fais le tour plein de nostalgie, avec cette envie de ressortir de la cave les K7 de tes parents. Tout amoureux de la Musique y prendra son pied. Le mieux ? La faire en nocturne, le 1er samedi du mois, quand le musée ouvre gratuitement ses portes au public. Ambiance garantie… Read more

#16 – 24h @ New York City

#16 – 24h @ New York City

24h @ NYC
24h @ NYC

J’ai profité du mois d’août pour faire une petite pause touriste à NYC. Plutôt rare non ? Et pour faire les choses bien, j’ai embarqué avec moi, un sous chaque bras, mon papa et ma maman. Ils sont venus trois semaines, vérifier qu’il n’y avait pas trop de drogués bizarres à Brooklyn et voir ce qu’il y avait d’intéressant à faire dans [ma] ville. Tongs aux pieds, casquette sur la tête et appareil photo autour du cou, nous voilà prêts à affronter en famille the Big Apple. Je t’ai gardé juste les meilleurs moments pour te faire un condensé de mes coups de cœur : le 24h chrono à NYC. Be ready !

3, 2, 1… Partez

Déjà prends une chambre à Brooklyn, parce que c’est le top ! Trouve un truc à Dumbo, Fort Greene, Park Slope ou Cobble Hill. Laisse tomber les quartiers à plus de cinq stations de Manhattan. Si tu trouves pas, une auberge in the City (=Manhattan) fera l’affaire, mais mon itinéraire part de BK (=Brooklyn), alors débrouille-toi pour être là à l’heure !

Tu te réveilles et le soleil brille. Il fait chaud, les gens sont beaux et gros ! Bienvenue à New York… Tu as 24 heures pour voir mes incontournables. Mets des baskets ou des tongs confortables et prépare-toi à en défoncer la semelle.

10:00 Métro Lafayette ou Fulton. Après avoir pécho un café au corner store (notre épicerie locale qui sert du kawa pour $1), tu remontes Fulton St. Tu kiffes l’ambiance soulful du matin : tu croises des gens en vélo, leur afro fraîchement lavée, au coin, un vendeur de jus de noix de coco te fait un sourire, et une vendeuse de bijoux ethniques essaies de te refiler un bracelet en plaqué or… Un peu plus loin, changement de décor lorsqu’on s’approche du Fulton Street Mall. C’est le coin idéal pour les bonnes affaires. Un tantinet ghetto mais ça te ramène à la vraie vie (du moins celle du quartier) : junk food, baskets pas chères et chaînes en or qui brillent.

10:21 Tu louches sur une paire de Jordan chez Jimmy Jazz, introuvable en France à $60.

10:23 Tu achètes la paire de Jordan. Ainsi qu’un Levi’s à $29. Le vendeur te donne la mixtape de son groupe de rap en cadeau. Frais !

10:34 Tu te jures de revenir dans cette rue pour venir chercher la montre Guess, la doudoune sans manche et la casquette qui match tes nouvelles Jordan.

10:40 Après avoir tourné à gauche, tu arrives à l’entrée du Brooklyn Bridge. Tu te crois dans un rêve.

10:55 A mi-chemin sur le pont, tu fais une pause sur un banc, à moitié essoufflé, à moitié ému par le spectacle qui s’offre à toi. Manhattan est juste en face et tu kiffes ! Le décor te rappelle le clip de Jay-Z « 99 problems » et tu t’mets à rapper.

10:56 Tu arrêtes de rapper car un jeune touriste allemand vient de te jeter un caillou en te disant Frruck Yuuu. Reviens sur terre l’ami ! Presque une heure de passée déjà !

11:05 Tu arrives sur la terre ferme in the City et tu as des palpitations ! Tu tournes à gauche et tu passes devant J&R. Là, tu te rappelles que c’est le meilleur endroit de la ville pour acheter un appareil photo.

11:20 Un vendeur à kippa te refile un Canon, une pochette et une carte mémoire pour la moitié du prix en France ! Tu commences à kiffer New York très sérieusement.

11:28 Tu observes les ruines du World Trade Center, à un bloc de J&R. Huit ans que c’est en chantier et toujours rien à y voir. En tournant ta tête à gauche, tu vois de loin l’enseigne Century 21. Et là c’est le drame. Tu te rappelles que Century 21 ici n’a rien à voir avec l’immobilier mais que c’est LA boutique incontournable de la ville. TOUTES les marques du monde y sont à moitié prix. Mais tout ! Timberland, Nike, Ralph Lauren, mais aussi des petits créateurs cotés et les gros Prada, Dior et D&G. Bref, sur quatre étages, la boutique fait mal à la tête…

11:30 C’est décidé… avant d’aller voir les polos Sean John et Triple 5 Soul de Century 21, tu profiteras de la ville… OK ! Hop, direction Wall Street aka la Bourse.

11:38 Quelques blocs plus bas, tu te retrouves face au drapeau américain géant, place de la Bourse. Après avoir maudit ces fu*£#@g traders pour nous avoir mis tous dans la merde, tu continues ton chemin pour arriver au plus bas de l’île et faire l’ultime attraction touristique : voir la Statue de la Liberté. Attention ! Deux options s’offrent à toi. Pour $16 par personne, tu peux monter sur un bateau aux airs d’embarcation d’immigrés clandestins et filer voir la statue de près. Ou, tu peux prendre le ferry qui va à Staten Island…gratuitement et la frôler. Et franchement, ça fait l’affaire. Vu que $16 c’est presque le prix d’une Dunk, tu te raisonnes et optes pour le GRATUIT !

12:02 En montant sur le bateau, tu files du côté droit, et tu restes debout. 3 minutes plus tard, il démarre et tes cheveux te volent dans la face. Tu kiffes ! En approchant de la statue, tu prends tes photos au milieu des touristes Belges, Anglais et Colombiens. Puis arrivé à Staten Island, tu reprends le bateau dans l’autre sens. Cette fois-ci, arrange-toi pour aller devant, sur la proue, ambiance Titanic. Quand le bateau approche de Manhattan, la vue est grandiose et les gratte-ciels te font de l’œil. Magique !

12:58 Tu as faim.

13:05 Tu viens de commander un maxi Big Mac, une boîte de 4 et un Coca light. A emporter. Et tu vas te poser au Battery Park, à 3 minutes de là, déguster ton repas ultra-calorique.

13:29 Tu est rassasié et prêt à continuer pour de nouvelles aventures… Commençons par le métro ! Tu marches jusqu’au W train. Direction Prince Street.

14:00 Welcome to SOHO. Ici prépare-toi à dégainer ta CB toutes les minutes. Spring et Prince Street sont parmi les rues les plus stylées du Lower Manhattan. Tu te promènes au milieu des stands de rues : chapeaux, bijoux, tableaux, tee-shirt. Les street artistes exposent !

14:12 Tu entres à Kid Robot (ou BAPE, Supreme, G-Star et m0851, au choix).

14:40 Tu en sors avec trois sacs, une larme à l’œil et $216 en moins dans les poches. Et c’est pas fini… Si tu continues sur Broadway, tu y trouveras ton bonheur en matière de shopping. Toutes les enseignes, même les plus rares y sont… Angoisse ! Tu ne les fais pas toutes, tu es déjà à découvert depuis 15 minutes. Par contre, en connaisseur, tu t’arrêtes à la boutique incontournable Zachy’s a.k.a le temple de la sneakers pas chères. Les vendeurs Mamadou et Ali t’aident en français à trouver ta taille ! Pour $75 tu ressors avec deux paires de baskets qui défoncent ! Bam !

16:12 Time to move on ! Tu as plus de sacs que de doigts, qu’importe.

16:13 Tu te la pètes en hélant un taxi jaune.

16:14 « West Village Please »… C’est à une dizaine de blocs.

16:25 West Village est plus stylé que dans tes rêves ! Tu achètes un super cupcake à Magnolia Bakerie après 7 minutes de queue.

16:32 Tu passes devant Marc by Marc Jacob… et tu décides de jeter un œil. Par curiosité. Et là, stupeur, tu vois que les prix sont moins chers que chez H&M. Tu décides de ramener des cadeaux Marc Jacob à tes potes plutôt que des tee-shirts I love NY.

16:54 Tu te promènes dans les petites rues alentour aux immeubles sur-réels à la Sex and the City, baves devant les boutiques trendy et finis la ballade à une table dans le jardin d’A.O.C, super bon resto français avec un thé (ou un coca, au choix) !

17:31 Face à la flemme qui te gagne, tu chantes « Aller hop on y va, en route pour l’aventure… On n’y résiste pas (Banga !) »

17:33 Tu es debout. Quinze sacs sur les épaules.

17:35 Tu hèles un autre taxi.

17:44 Tu arrives dans le Meatpacking District. Cet ancien quartier d’abattoirs a fait peau neuve et rime aujourd’hui avec branchitude new-yorkaise. Tu y vois Marc Baptiste faire un photoshoot en pleine rue. Tu croises Wyclef. Rien d’étonnant. Sur ton BlackBerry, tu captes le wifi de Google… Bah oui, c’est là qu’est leur siège. Tu files faire une promenade au High Line, le nouveau parc en suspension qui te fait voir la ville de haut. Ils ont voulu recréer un espace naturel. Tu trouves ça un tantinet raté, parce qu’en arrière plan, des herbes folles, les gros billboards Red Bull et Victoria Secret cassent l’ambiance. Dommage, mais pas grave, la ballade vaut quand même le coup.

18:30 Les restos du coin sont plutôt cotés. Mais tu sais que le meilleur de tous, c’est le Spice Market. Tu t’y poses en terrasse. Et tu baves en lisant le menu. Salade à la mangue, tartare de saumon, énorme steak, tuna burger. Tout y est tellement raffiné. Et la limonade au jasmin déglingue.

19:42 Tes papilles s’en remettent difficilement, mais qu’importe… tu respires le bonheur !

19:48 Métro, direction Madison Square Garden. (Bah oui tant qu’à faire, si tu passes 24 heures à NYC, vient pour y voir un concert !)

20:21 Le Madison Square Garden est jusqu’ici plutôt normal et le contrôleur de ticket n’est pas aimable.

20:24 WOW ! Tu te rends compte que Bercy c’est du pipi de chat à côté. Tu t’assois, au milieu d’une foule compacte et semble-t-il, affamée, à en juger par les paquets de pop corn sur leurs genoux. (Bon, là, dépendamment de qui tu es venu voir, tu kifferas ou non. Le dernier en date que j’ai vu, John Legend, était fabuleux. D’ailleurs voici les photos. Régale-toi. Le prochain à noter dans ton agenda, c’est Jay-Z le 11 septembre pour un concert caritatif.

21:27 Tu as déjà posté 47 updates sur ton twitter pour dire a la terre entière que tu es à MSG et que tu kiffeeesss ttttaaaa raaaaacccceee.

23:28 Tu n’as plus de voix ni d’énergie. Une journée à NYC, c’est plutôt épuisant. Retour à l’hôtel en taxi. Tu lui demandes de faire un détour par Times Square avant d’aller à Brooklyn.

23:39 Tu n’en crois pas tes yeux fatigués. Times Square, c’est encore plus grand que dans les films. Mais pas la peine d’y rester plus que 5 minutes. Tu files.

23:59 Dodo. Ou pour les plus vaillants, PARTY ! (Par contre pour ça je serai un très mauvais guide !)

Minuit Tu repenses à ta journée de ouf et tu te dis que New York vaut le détour. Demain avant de prendre l’avion pour Miami ou Porto Rico, tu iras faire ton shopping au Century 21 dégoter des jeans pour la rentrée, des vêtements de sport et autres choses matérielles indispensables à moindre coût. Et c’est décidé, demain tu portes ton tee-shirt I love NY.

Les bons plans en vrac…

Si tu passes plus qu’une journée à NYC, (ce que je te souhaite) voici des petits trucs à garder en mémoire… pour ton bien être… et celui de ton banquier.

Repère quand les musées sont gratuits, ça te fera économiser un bon $20/personne… Le MOMA et le New Museum sont gratuits le vendredi soir, quant au MET, c’est donation au choix. Le Brooklyn Museum est gratuit les 1ers samedis du mois.

Tu te DOIS de manger un bagel cream cheese à NYC, par respect pour mes chroniques. Par contre, le gros bretzel vendu dans la rue n’est pas nécessaire. Pour avoir y goûté, à moins d’être américain, addict au sel… ou sado maso, c’est à éviter.

L’Empire State Bulding n’est pas non plus une étape incontournable. Le prix n’est pas donné et si tu veux profiter d’une belle vue sur la ville, va plutôt au lounge The View à Times Square, en haut du Mariott. Pour le même prix au moins, tu auras un repas !

Si tu veux acheter des souvenirs de touristes, va à Canal Street, dans le quartier chinois. C’est là que tu trouveras les meilleurs prix (et les contrefaçons Guci, Cristian Dior et Frada !) Un Barbès en Noichi !

Pour les bons plans soirées/concerts, abuse du site Fusicology NYC. Ils recensent les meilleurs plans nightlife pour les amoureux du hip hop et de la soul. (Attention, Fusicology Paris arrive à la rentrée ! Tiens-toi prêt !) Tu DOIS aussi te munir du magazine Time Out (payant) et du journal Village Voice (gratuit) pour tout savoir de l’actu culturelle du moment.

Si tu voyages en interne aux US, regarde les site kayak.com et jetblue.com. Meilleurs prix locaux.

Les best friperies sont à Williamsburg à Brooklyn. Les hippies/bobo mèche sur le côté, sac vintage et mocassins d’indien ont envahi le coin. Mais les bonnes affaires sont assurées.

En parlant de bonnes affaires, files le samedi au Flea Market de Fort Greene sur Clermont et Lafayette, une mine d’or vintage et arty.

Si tu as grandi en regardant Sister Act et que tu vénères Sœur Marie-Clarence, un Gospel à Harlem s’impose. Evite les églises trop touristiques. Si tu ne vois que des Blancs faire la queue à l’entrée, mauvais choix assuré. Privilégie les petites églises de quartiers. Et sois prêt à dire ton nom et le pays duquel tu viens devant tout le monde. No shame.

Si tu veux aller te promener à la mer à Brooklyn, direction Brighten Beach. C’est le quartier Russe de BK. Tous les habitants du coin sont un p’tit peu vieux, et parlent pas un mot d’anglais, mais toi, tu t’en fous, t’es là pour la mer !

Une fois là-bas, profite-en pour marcher le long de la côte jusqu’à Coney Island, le parc d’attractions le moins attractif du monde (j’ai sûrement passé l’âge) mais tellement culte.

Pour ceux qui ont la mèche rebelle, à SOHO se trouve le salon de coiffure Aveda Institute, et pour l’avoir testé, c’est un super plan pour toi, copine qui veut te faire une coupe et refaire tes mèches blondes pas chères ($20 la coupe). Prise de rendez-vous 2 semaines à l’avance donc prévois le coup. Des dizaines de femmes s’y précipitent chaque jour et le résultat est plutôt pas mal ! Ma mère a gagné 10 ans avec son brushing d’asiat’ et moi j’me suis pris pour une belle gosse l’espace d’une aprem’. Cheers !

Pour finir, après avoir fait courir mes parents partout, de haut en bas, de gauche à droite, voici leurs impressions…

-Alors papa, tu trouves ça comment New York ? « C’est grand. Trop grand. J’suis fatigué »

-Et toi maman ? « C’est moins pire que je ne l’imaginais, mais le métro craint vraiment. Je pensais que ce serait plus moderne ».

Ils sont quand même repartis avec leurs tee-shirts I love New York, 2 paires de baskets chacun, 2 nouveaux jeans et un appareil photo rempli de clichés de touriste ! Pari gagné, non ?