Something New

Something New

« Za-bi-hall?! ». J’écarquille un peu plus les yeux. Elle vient de répéter cette combinaison mystère déjà deux fois et j’ai beau chercher, je comprends pas. « Zabihall like…what? ». Elle me regarde avec mépris. Pas moi, j’suis cool. Je prends même mon air touchée, comme le Chat Potté dans Shrek… Ses faux-cils épais, ses ongles tricolores, sa bouche rose bonbon et ses cheveux blonds et rouges contrastent avec sa tenue. Elle a un uniforme bien trop grand pour elle, en coton bleu marine et une casquette rouge qui penche sur le côté droit. Cette femme est un arc-en-ciel. Je suis fascinée. « Mam’ u holding the line, anything else? » « No that will be all thanks ». Et là je réalise que depuis taleur elle me dit « that’d be all / zabihall » avec son-accent-du-sud-y’all. Damn. Quelques minutes plus tard, sa collègue crie ‘Number 61’. Je me manifeste. Elle me tend un sac en papier tout chaud contenant un Filet-O-Fish, une frite, qui s’avérera très salée, une sauce barbecue, obtenue gratuitement puis elle se retourne pour attraper un ice tea gigantesque dans un gobelet aux couleurs des Saints, l’équipe locale de foot… Je sors du McDo de Canal street, contemplant cette boisson qui, a elle seule étancherait la soif de tous les habitants de la Louisiane. Car oui… Vous l’aurez deviné… Me voilà au pays des beignets, de Mardi Gras et des ouragans… Cette ville fascinante que je surnommerai désormais la Nouvelle « za-bi-hall » Orléans. Boom !

Read more

Publicités
Mon livre commencera peut-être ainsi…

Mon livre commencera peut-être ainsi…

I wake up, a ray of light in the left eye, the voice of a steward with a strong American accent in the ears. « Ladies and gentlemen, we begin our descent to JFK airport, please return to your seat and fasten your seatbelt. » I look through the tiny window. We are above the ocean. Then I see a long seashore reminding me of my flights to Nice. My neighbor tells me it is Long Island. At least that’s what I understand from her ‘oh so long’ sentences. She continues to speak and I’m thinking that our English classes in high school don’t prepare us for real conversation. I smile politely and return to my view, watching the world from the sky. We are now over New York. I have butterflies in my stomach. My dream is so close. And I’m happy. I’ve often heard « If you make it here, you can make it anywhere. » We’ll see if it’s true. Read more

Party in the USAAAAA (*Miley Cyrus voice*)

Party in the USAAAAA (*Miley Cyrus voice*)

Party people. Je sais que je n’ai jamais de contenu pour satisfaire votre soif de rhum coca. Mais cette époque est révolue. Voici le seul et unique post que je consacrerai aux BOÎTES DE NUIT à NYC. Bien évidement je n’ai pas pu l’écrire seule. Ceux qui me connaissent savent à quel point il est difficile de me sortir de chez moi passé 21h. Alors passé minuit…voilà quoi. Pourtant, je sais que beaucoup d’entre vous viennent à NYC pour acheter des baskets, manger au Burger King et boire du Ciroc ou du Nuvo en faisant la fête. Alors pour la faire bien, suivez la guide, enfin plutôt le guide, Fabien Desgroux, le gourou parisien de la nuit new-yorkaise… Read more

Mon premier Thanksgiving à New York

Mon premier Thanksgiving à New York

Ok, Thanksgiving, c’est fait. Les Cainris ont jamais de jours fériés, mais quand ils en ont c’est pas pour faire semblant. Résultat, jeudi 26, ils ont passé la journée en famille, à manger de la dinde et à célébrer la survie des premiers colons américains, face à un hiver super rigoureux (ils ont par la même, tué pleins d’Indiens mais j’imagine que l’Histoire se souvient plus de la dinde et du maïs qu’ils ont mangé à la fin, que du sang qui a coulé)… Dis comme ça, ça à pas l’air de faire rêver. Mais avec le temps c’est devenu une fête familiale super bon enfant qui donne l’occasion d’être thankful (je traduirai par reconnaissant, mais thankful j’trouve ça plus profond, donc je le laisserai tel quel dans le texte). Mon premier Thanksgiving s’est fait en 3 étapes. En résumé, ça à été une occasion pour m’en mettre plein la panse, pour me prendre une claque culturelle et pour remercier, remercier et remercier. Awesome! I mean like for real! Read more

Être Français(e) à New York…

Être Français(e) à New York…

no pee pee

(Grattement de gorge) Oyez oyez chers internautes. J’aimerais remettre les points sur les « i » car une rumeur circule disant que vivre à New York c’est « d’la chance ». NON ! Depuis l’été dernier j’essaie de vous prouver que New York c’est « cool », que tout amoureux de la culture urbaine est dans son univers et que la ville est plus hip hop que la plus hip hop de tes copines. Mais attention, New York c’est loin d’être la fête au village. Déjà, tu pars pas dans la Big Apple sur un coup de tête. Enfin pas plus de trois mois. Visa oblige. Donc être Français à NY, ça implique que tu aies vécu une bonne dose de galères de paperasse, d’entretiens sans fin et autres joies de l’administration Obama pour être accepté dans l’antre du cainrisme. Alors une fois ces nuits blanches et ce stress passés, tu te retrouves droppé d’un avion-charter à JFK, seul au monde face à la jungle new-yorkaise qui coûte un bras dès que tu veux te loger, te nourrir ou soigner ton indigestion due à leur bouffe infâme. Alors, New York, welcome to the good life ? Read more

#3 – Truly, Madly, Deeply…

#3 – Truly, Madly, Deeply…

New York

Bon, chaque week-end je me demande : « Mais de quoi vais-je bien pouvoir leur parler ? » Parce qu’il y a trop de trucs à raconter, mais en même temps, les anecdotes pourries du genre « J’ai traversé le pont de Brooklyn en buvant un frappuccino ! », on s’en fout un peu. C’est pourtant ce genre d’événements qui rythment mes journées. (Et d’autres trucs anodins comme des meetings avec Spike Lee, Eric Roberson ou Marc Baptiste, mais bon…passons.) Alors comme je ne veux pas être un guide du Routard version funky, allons au-delà ! Comment ? Je ne sais pas encore, mais we will find a way ! Read more