Make It Rain!

Make It Rain!

Il y a quelques semaines, je suis partie à Atlanta. Pour la première fois. Ça fait un bail que je rêve d’y aller. Amour du hip hop oblige. Et puis c’est la capitale du Sud, un eldorado afro-américain (50% de Noirs, 40% de Blancs…), et un de mes bons amis vient de s’y installer. Je partais pour le boulot, avec quelques idées reçues et des faits : les spécialités régionales sont la friture, les meufs supa-dupa-fake, l’aquarium de Georgia, le QG de Coca-Cola, le (rap) Dirty South et le mot Peachtree (arbre à pêches), incrusté dans le nom de toutes les rues de la ville. J’ai aussi appris qu’ATL était jumelée avec Toulouse. Ah, ok. En gros je m’attendais à manger des trucs frits, tomber nez à nez avec des rappeurs, voir des meufs habillées ambiance red carpet pour sortir leur chien, boire du coca à l’œil, me perdre dans des artères aux noms similaires et croiser des ados toulousains. J’étais loin de me douter de ce qui m’attendait… Parce qu’après quelques instants passés à Atlanta, la seule chose que les potos avaient en tête, c’est d’aller au strip-club. Oh well. Le strip-club ? Really ? Ok I guess…

Read more

To be or not to be a Travelin’ Girl

To be or not to be a Travelin’ Girl

Mesdames. N’est pas Travelin’ Girl qui veut. Ça demande un peu de volonté, d’entretien, de réflexion et de coolitude. Et lors de votre prochain voyage à New York, voici les 10 consignes à respecter pour apposer le tampon T.G sur votre passeport…

1. Ton cul, tu décoinceras.
Attention ça peut porter à confusion. Il n’est pas question de te transformer en bitch, mais plutôt d’arrêter d’être une coincée du cul, le temps d’un séjour. Fini de longer les murs, la mine fermée dans le métro, l’esquivation rotative des gens qui te parlent, les grognements à la moindre contrariété. L’heure est à la libération, au sourire, à la nouveauté, au culot ! New York est LA ville de la ‘self expression’. C’est le moment de faire ce que tu veux, avec tes cheveux. Read more

Holla holla!

Holla holla!

Holla : « For a man to express interest in a particularly impressive female specimen ». Voilà la définition d’Urban Dictonnary. En gros c’est ça, même un peu plus. C’est devenu une expression populaire aux significations diverses, un verbe, une chanson, et je soupçonne Soprano d’avoir pondu son Halla Halla après un séjour à New York. Bref. Le holla holla, ou le hollaing est le sport national de la saison printemps-été des mecs du ter-ter new-yorkais en quête de chair fraîche. C’est de la drague légère, fun, ambiance ‘Hey shorty wats up?’ ‘Hey mama you look beautiful’. Et même si c’est pratiqué toute l’année, dès que le soleil arrive, ça atteint son apogée. Mesdemoiselles de passage dans le coin, ne soyez pas surprises si vous êtes arrêtées fréquemment dans la rue. Quant à vous messieurs, apprenez-en les règles, ça peut toujours vous servir… Read more