New York 101 (prononced One-O-One)

New York 101 (prononced One-O-One)

nyc101Aéroport JFK. Huit heures de vol, les yeux qui collent et le ventre qui ne se remet pas de l’omelette servie au repas. Pas idéal pour faire bonne impression à votre future ville préférée, hein ? Allez, un coup de Jay-Z et Alicia Keys dans les oreilles, une grande inspiration et c’est parti ! On oublie la fatigue et la nausée, New York, vous l’avez aperçue sous tous ses angles à la télé, au cinéma et dans les magazines. Aujourd’hui, l’heure est à la rencontre IRL. Et vous verrez, à peine un pied en son cœur, vous serez happés par son rythme, sa musique, sa prestance. On part à la découverte de ce nouveau monde. Et accessoirement de ses nouveaux codes. Car…oui, dans la Big apple, il faut revoir ses habitudes. On troque la bise contre un hug, la baguette contre un bagel, le croque monsieur contre un hot dog, l’expresso contre un americano, le bonjour contre un hello. Finis la mine et le ciel gris, tout le monde a le sourire, les vendeurs demandent comment on va, (« Heu, c’est à moi qu’il parle ?… fine, thank you ») et tout ressemble exactement à ce qu’on a vu dans les films. A ce moment là, on pense très fort « Hello paradise »… Bah oui, c’est vrai qu’à première vue, New York a des allures de paradis urbain. Bonne humeur, énergie, gratte ciels, soldes à tout va, la ville ne dort pas. Jamais. Métro 24/24, boutiques 24/24, restos 24/24. No day off. Un autre monde. Si proche et familier. Mais si différent. Alors histoire de vous éviter des gros fails en terre new-yorkaise (genre crier à son/sa chéri(e) « Doudou, where are you » dans la rue, alors que doudou aux US ça veut dire caca), je vous donne le minimum vital pour mieux connaître New York. Et quelques adresses en prime. A bon entendeur, salute ! Read more

PS: I Love You

PS: I Love You

J’sais plus où j’ai entendu que l’amour durait 3 ans. Sûrement sur Twitter. Ou dans Glee. Mais si c’est le cas, il nous reste 6 mois de bonheur. Après, ya’pu. Alors il serait peut-être temps qu’on en profite un peu non ? J’te l’accorde, on est loin de nos débuts fougueux. Mais arrêtons de jouer à cache-cache le temps d’une saison. Dans le fond, tu le sais que je t’aime. Et c’est pas parce qu’on se voit moins que mon amour s’altère. Juste…il se moule, s’adapte, s’ajuste. De manière à te coller à la peau sans qu’on transpire à grosses gouttes. Un peu comme mon débardeur bleu Nike Dry Fit. Tu sais celui que j’ai mis pour courir le semi-marathon. Et puis, si t’as l’impression que je prends du recul, c’est que je me protège aussi… Depuis qu’on vit ensemble, tu n’as cessé de me démontrer qu’on ne sait jamais de quoi demain est fait. Alors je vais finir par te prendre au mot. Read more

La 25ème Heure

La 25ème Heure

Sursauter au son du réveil
Enlever ses boules Quies
Envoyer un baiser au ciel
Avoir les yeux qui collent encore
Les cacher derrière des larges lunettes noires
Et mettre un hoodie trop large
Commander son café latte au Starbucks du coin
Déposer son linge au lavomatic de Ming
Être agressée par le bruit de la rue
Rentrer vite
Écouter de la musique pour calmer son pouls
Danser sur Drake devant le miroir
Rapper « hell yeah, hell yeah, hell yeah, fuckin’ right, fuckin’ right alright »
Se demander « Mais pourquoi New York ? » Read more

Mon livre commencera peut-être ainsi…

Mon livre commencera peut-être ainsi…

I wake up, a ray of light in the left eye, the voice of a steward with a strong American accent in the ears. « Ladies and gentlemen, we begin our descent to JFK airport, please return to your seat and fasten your seatbelt. » I look through the tiny window. We are above the ocean. Then I see a long seashore reminding me of my flights to Nice. My neighbor tells me it is Long Island. At least that’s what I understand from her ‘oh so long’ sentences. She continues to speak and I’m thinking that our English classes in high school don’t prepare us for real conversation. I smile politely and return to my view, watching the world from the sky. We are now over New York. I have butterflies in my stomach. My dream is so close. And I’m happy. I’ve often heard « If you make it here, you can make it anywhere. » We’ll see if it’s true. Read more

50 raisons d’être euphorique de vivre à NYC

50 raisons d’être euphorique de vivre à NYC

Il y a quelques mois est sorti cet article… Publié sur l’un des blogs du Village Voice (journal gratuit plein de bons plans), ce post liste 50 raisons pour lesquelles il fait bon vivre dans la Grosse Pomme. L’article a fait le tour de New York, déchaînant les passions. J’ai souri à sa lecture, voyant un bout de mon quotidien dans ces lignes. Donc voilà, je reprends ces raisons, vous les traduis et les commente. Un article pro-New York ne fera pas de mal à mon blog poussiéreux de meuf venère… Voici donc les 50 Reasons to Be Pretty Damn Euphoric You Live in New York City version française, comprendre 50 raisons d’être putain d’content de vivre à New York City, sauce travelin’ girl. Probablement l’article le plus long jamais posté sur mon blog.

Read more

To be or not to be a Travelin’ Girl

To be or not to be a Travelin’ Girl

Mesdames. N’est pas Travelin’ Girl qui veut. Ça demande un peu de volonté, d’entretien, de réflexion et de coolitude. Et lors de votre prochain voyage à New York, voici les 10 consignes à respecter pour apposer le tampon T.G sur votre passeport…

1. Ton cul, tu décoinceras.
Attention ça peut porter à confusion. Il n’est pas question de te transformer en bitch, mais plutôt d’arrêter d’être une coincée du cul, le temps d’un séjour. Fini de longer les murs, la mine fermée dans le métro, l’esquivation rotative des gens qui te parlent, les grognements à la moindre contrariété. L’heure est à la libération, au sourire, à la nouveauté, au culot ! New York est LA ville de la ‘self expression’. C’est le moment de faire ce que tu veux, avec tes cheveux. Read more