I was here…

I was here…

Aller hop un petit report de concert, ça fait longtemps que je vous ai pas raconté ce qui se passe le soir à NYC… Et j’en ai vu de jolies choses. Entre autres Alicia Keys au Joe’s pub, la salle de ses débuts et R. Kelly dans le New Jersey pour un show en costard (Mais arrêtez de parler de sa sex tape !). Ce soir, place à Beyoncé ! Elle a annoncé une série de quatre ‘concerts intimes’ la semaine dernière pour la promo de son nouvel album, 4. J’l’ai déjà vu live à Paris et NYC il y a un moment. Tout comme toutes les autres, Alicia Keys, Rihanna et compagnie. Mais pas une ne lui arrive à la cheville quand il est question de divertir une foule. Pas une. Bref. Billet en vente à 13h mercredi dernier. 13h30 je tente ma chance. 115 doll’ le ticket. Prix moyen des concerts ici, au grand désespoir de ma CB. Avec Beyoncé, je sais que j’en aurais pour mon argent. Il reste des places. Ticketmaster me remercie. Moi je les maudis. Le lendemain, les news rapportent que l’un des shows a été sold out en 22 secondes. Ce n’était pas celui de dimanche en tout cas. Je sais pas d’où viennent leurs sources. Sûrement une énième légende urbaine la concernant. Billet imprimé. Sourire jusqu’aux oreilles. Je suis officiellement impatiente d’être dimanche soir. Ce qui ne m’est quasi jamais arrivé en fait. Read more

Eat Pray Love

Eat Pray Love

Ça a été le livre de mon mois d’août. Je l’ai acheté à l’aéroport de Newark, juste avant d’embarquer pour mon vol Continental Paris CDG le 3, le ventre noué, comme toujours à l’idée d’être dans le ciel pendant 8 heures. Et je l’ai fini le 3 septembre, un mois pile après, alors que les roues de mon avion sans vidéo à la demande touchaient le bitume de Newark, again. Je l’ai fermé rassasiée des aventures de cette auteur américaine qui mérite bien plus le nom de Travelin Girl que moi. L’histoire, vous allez la capter assez vite grâce aux bandes-annonces qui débarquent en France, puisque l’adaptation ciné featuring Julia Roberts sort le 22. Le livre est un best seller qui a captivé l’Amérique. Et l’histoire m’a touchée. Sûrement parce qu’il y est question de voyages, de recherche d’équilibre, et bien sûr, de New York. Eat, Pray, Love c’est l’épopée d’une New-yorkaise de 35 ans pas ordinaire mais presque, avec ses doutes, ses peurs, ses envies et ses démons, qui part pour l’ailleurs. En Italie pour manger, en Inde pour prier et à Bali pour aimer. En plus d’avoir kiffé le livre et moyennement apprécié le film, j’ai réalisé que mon mois d’août avait été une version raccourcie et moins funky du récit… Ouais bon, clairement moins funky, on est d’accord, mais le tout m’a fait réfléchir… Read more

Et les Américains découvrirent le foot… et l’Afrique

Et les Américains découvrirent le foot… et l’Afrique

Depuis que je suis revenue de Miami et que l’équipe de France a joué un peu comme moi et mes copines quand on était ados, je ne suis plus vraiment la Coupe du Monde. D’habitude c’est tellement plus marrant, ça nous occupe pour au moins un mois parce qu’on arrive toujours en finale. Bref. L’époque du « Et 1 et 2 et 3 zéro » est révolue. Les années 2000 sont plus scandaleuses, en mode « Va te faire encu*BIIIP* sale fils de *BIIIP* », vuvuzela et Paul le poulpe. Pourri et pas très sérieux quoi. Mais quelle ne fut pas ma surprise quand un beau jour, vers 12h, j’ai entendu des cris au bureau qui me rappelèrent vaguement ceux que je gloussais quand notre équipe marquait des buts, avant, dans les années 90. Je vais espionner mes collègues et là je vois genre quinze mecs devant un petit écran d’ordi avec une tête un peu angoissée, se mordillant les lèvres. Je leur dis ‘what’s’going on’. Ils ne décrochent pas leurs yeux de l’écran et me disent que les US sont en train de gagner contre l’Algérie. Merde. Je savais même pas que les US étaient toujours en lice ! Contre l’Algérie ? Je ricane une seconde pensant au mini pourcentage d’Américains qui savent où se trouve l’Algérie. Puis je ricane un peu plus fort en pensant au mini petit pourcentage d’Américains qui connaissent les règles du foot a.k.a soccer en langage local. Non mais sérieusement les mecs, depuis quand vous calculez le foot ? Read more

Lost without LOST

Lost without LOST

OMG le dernier épisode de Lost vient de finir sur ABC, j’ai fait une heure de sport ce matin pour pouvoir me permettre de le regarder en buvant du coca et en mangeant des chips, affalée dans mon canapé Brooklynite. Je viens donc de passer l’un des moments les plus « Al Bundy-esque » de mon année et demie dans la Grosse Pomme. Pas désagréable, mais surtout inoubliable ! Parce que c’est un peu la première fois que je finis une série en même temps que la terre entière. D’habitude j’suis à la bourre, mais là, j’ai vécu ça en live avec l’Amérique ! Waou ! Pour résumer… Je suis tombée sur Lost y’a quelques mois. En fait cette série, si tu la suis pas et que tu vois des épisodes par-ci par-là, tu saisis pas sa force. Donc ça faisait plusieurs années que je passais à côté, jusqu’à ce que ma collègue me dise un mardi à 19h : « Putain j’ai trop hâte y’a la saison 6 de Lost qui reprend ce soir, j’suis trop à fond en plus c’est la ‘season finale’ (prononcer [cizone finalé]) ! Tu la suis n’est-ce pas ? ». Moi je lâche un petit ‘non’. Et là des yeux écarquillés me fixent avec pitié, accompagnés d’un simple « Why ? ». Je zozotte, « Oh bah tu sais, j’ai jamais accroché, une île, des survivants, voilà quoi, y’a pas de quoi en faire tout un plat ». Et c’est à ce moment-là qu’elle m’a retourné le cerveau : « Mais ça va pas ! C’est génial, le scénario est incroyable, original, il mêle suspense, aventure, amour, courage, choix, destiné, faut que tu regardes ! » J’ai dit ok. J’ai regardé. J’ai adoré. Read more

Henri Cartier-Bresson à New York

Henri Cartier-Bresson à New York

Yeahhhh ! Depuis dimanche, un Français est encore une fois à l’affiche du MoMA ! Tu m’étonnes qu’on a la cote à New York. On est partout ! Y’a tout le temps une expo temporaire qui met en lumière le travail d’un artiste français dans les musées de la ville, notre bouffe les fait rêver, tout comme notre accent, notre Histoire, notre capacité à rester mince, notre sens de la mode, notre sécu. Bref, OUI, ils ont de quoi être jaloux ! Et là, le plus cool des musées du monde consacre une rétrospective à notre photographe-journaliste-voyageur, membre actif de l’agence tous risques, le grand Henri Cartier-Bresson, plus manuel que Thierry Henry, plus téméraire que Jacques Cartier, plus international qu’Eric Besson (rien trouvé sous le nom Bresson, à part mon pote Benoît !). Et comme toute Française à New York qui se respecte, j’ai filé voir l’expo illico presto parce que OUI, faut soutenir la culture bleu-blanc-rouge quoi, un peu comme Raggasonic ! Euh non ? D’accord oui, j’suis hors sujet. Read more

Alicia Keys (de dos) au Garden

Alicia Keys (de dos) au Garden

Si tu suis mon blog, tu sais que j’aime bien la miss A.Keys. Et si tu suis un peu l’actu musicale, tu as dû voir sur pas mal de sites qu’elle a donné un concert à New York, mercredi soir, pour son Freedom Tour, la tournée de la Liberté (?!?). Et devine qui a payé 80 dollars pour voir le flanc gauche de miss Keys pendant 2 heures ? Bah ouais, bibi. Y’a deux mois quand j’ai essayé d’aller prendre mes places pour Jay-Z et Alicia, la meuf de ticketmaster a levé le sourcil gauche : « Jay-Z c’est complet depuis un moment, réveille toi. Alicia, ils viennent de remettre quelques places en vente, mais c’est sur le côté, vraiment côté quoi. » J’ai dit qu’importe, j’achète ! Et quand je suis arrivée au Madison Square Garden avec mes tickets-côtés, bah j’ai mieux compris c’qu’elle voulait dire en fait. En gros, j’étais derrière la scène quoi. J’ai vu le concert de dos. Un behind the scene au sens propre du terme. Et la meilleure, c’est que même de dos, le concert était mortel ! Read more

Le concert gratuit de 50 Cent

Le concert gratuit de 50 Cent

50 Cent quand même tu connais ? Oui oui, ses clips bling bling, son film « Get Rich Or Die Tryin », ses beefs avec The Game, Rick Ross ou plus récemment Jay-Z, le G-Unit, le rap new-yorkais quoi. Bon, il a sorti « Before I Self Destruct » (BISD pour les intimes), son 4ème album, et les chiffres viennent de tomber, il a vendu 150 000 opus en première semaine. Moyen, très moyen. Il a donné un concert gratuit lundi soir à New York… parce que faut le dire, notre rappeur est en manque de vitesse et il doit bien redonner aux fans un peu de substance pour qu’ils reprennent confiance en lui… Tu penses bien que si j’en parle, c’est que j’y suis allée. Non pas que j’aime spécialement ce qu’il fait mais voilà, ça reste un géant du rap, je ne l’avais jamais vu sur scène, et surtout, c’était gratuit. Et le gratuit à New York, on AIME ! Je me suis donc tapée un petit concert de « musique hip hop » (comme dirait ma maman) pour commencer la semaine. 50 + 0$ + New York = ghetto assuré ! Ahaha ! Read more