BX is the new BK

BX is the new BK

bagel1Voilà trois ans que je suis rentrée. Trois ans que j’ai troqué Brooklyn pour Boulbi, le bagel pour la baguette, le ciel bleu pour le gris, la liberté pour un carcan…tout petit. Paris. Trois ans que quand je dis ‘C’est possible’, personne me croit. Trois ans qu’on ne me prend plus pour une latina (Pendant ce temps, mon confrère marocain French Montana continue de berner les plus dupes). Trois ans que j’croise des gens qui idolâtrent la Grosse Pomme sans y avoir mis les pieds ; rêveurs d’une ville qui ne dort jamais. Trois ans que je n’aime pas Paris à sa juste valeur. Pourtant j’en suis sa plus digne ambassadrice dès que je m’en éloigne. Alors, c’est p’t’être le moment. De m’en éloigner. Après tout, si comme un visa H1B l’amour dure trois ans, l’heure est au foutre le camp. (Et puis l’ambiance est un peu tendue en ce moment…) Mais où ?

Contrainte n°1 : Je ne veux pas partir trop loin.
Contrainte n°2 : Je ne veux pas jongler avec les formalités administratives.
Résultat, j’ai passé l’Europe au crible et…

guess

  • C’est à 1h20 de Paris. Soit aussi loin que quand je vais voir mon pote Sylvain dans le 94.
  • Quarante cinq nationalités y cohabitent. On y parle français, anglais, allemand et néerlandais. Parfaite excuse pour apprendre une nouvelle langue. Ik heet Meriem, Aangenaam !
  • C’est familier mais pas trop. Juste assez pour éviter l’épuisement d’une lointaine expatriation.
  • Y’a plein de choses qui (me) rappellent New York. Cafés, restos, friperies, architecture, ambiance… +1 pour la rue Haute, le Chatelain et les maisons de maîtres d’Ixelles qui ressemblent aux brownstones brooklynites.
  • Inutile de citer les détails qui rappellent l’hexagone, ils se comptent par dizaines, la faute aux 50 000 Français qui y vivent !
  • Les apparts coûtent trois fois mois chers qu’à Paris. On peut donc s’y loger décemment pour… 600 euros par mois !
  • Ya des chocolats partout.
  • Y’a des frites partout.
  • Y’a des gaufres partout.
  • Y’a de la bière partout. (Je bois pas donc j’m’en tape, mais ce sera un argument de taille pour les amis de passage)
  • Y’a des pavés partout. Doux souvenir du Meatpacking district. Foulure de cheville garantie.
  • Y’a de la musique dans le métro.
  • Les habitants sont connus pour leur humour. Un nom : Stéphane de Groodt
  • Mais aussi pour leur créativité et leur talent. Un nom : Stromae.

Vous l’avez compris, après Paris, capitale du beau, Montréal capitale du froid, New York, capitale du monde, je vais filer à Bruxelles, capitale de l’Europe. J’en reviens à peine et la ville m’a convaincue… Certes, faut payer l’eau au resto, les toilettes au ciné, faut leur apprendre à faire du pain et à démonter un échafaudage (Mention spéciale pour le Palais de Justice). Mais… I can handle it.

Je pars bientôt, donc, et si j’ai pas eu beaucoup de temps pour vous (en) parler avant, c’est que j’étais prise dans la matrice. Je viens juste de finir un contrat au sein de ma chaîne préférée. Vous savez, celle avec le + à la fin ; celle qui coûte plus chère que deux offres triple play ; celle à laquelle on n’est plus abonné. C’est le seul endroit où je voulais travailler en rentrant à Paris. Alors j’y suis allée. Au culot comme d’hab. Une lettre de motivation surmotivée ; cinq entretiens ; la destinée a fait le reste. C’était bien ce travail pour ma chaîne préférée. Mais très vite j’ai eu l’impression de vivre au sein des séries qui y sont diffusées. House of Cards x Game of Thrones x Revenge x Scandale (sans Noirs, obviously). Moi qui débarquais d’un univers professionnel plutôt Empire x Friends, j’étouffais. Du coup j’ai laissé les workaholics au tatouage de Frank Underwood sur le cœur et j’ai passé mon chemin. J’ai dit non. Heureusement, j’y ai aussi fait des rencontres magiques. Des gens inspirants, brillants, drôles, simples. Ouf, sauvée ! Certains étaient d’ailleurs lecteurs du blog avant l’heure. Le grand Hugues, formidable CM ; ou encore William, ami de la toile, devenu allié du travail. Ce qui est cool c’est qu’le dernier de mes projets a été récompensé par un award. Parfait pour tirer sa révérence, non ? Me voilà donc à la case départ. Sans job, ni certitude. Mais avec une nouvelle vi(ll)e en tête et un award sur mon CV. Libre de faire ce que je veux avec mes cheveux. De conquérir le monde mieux que Minus et Cortex.

BX is my new BK. Affaire à suivre.

PS : Pour ceux qui attendent une suite au roman… Patience ! J’ai deux autres projets d’écriture à finir avant de raconter les aventures de Lila.

PS bis : Vous avez été plus d’un millier à télécharger le livre en un an. Pour une sortie en indé, c’est vraiment pas mal ! Merci éternel !

xoxo

Publicités

8 réflexions sur “BX is the new BK

  1. Je te lis depuis genre 1000 ans. C’est cool que tu débarque! Je suis de BX (qu’on surnomme parfois Bronx-hell) si t’as besoin d’aide, d’info, de bons plans,… n’hésite pas, je serai ravie de t’aider.

    J'aime

  2. Hello, bienvenue dans notre beau pays! Très bon choix 🙂 Dans notre belle Bruxelles, j’espère que tu t’y plairas, n’hésite pas à me demander des tuyaux aussi. Après avoir vécu un an à Nyc, je suis revenue au Plat Pays.

    J'aime

  3. Comme d’hab, j’adore tes articles! Et ayant grandi a BXL, j’aime tout particulièrement! Par contre,le pain, il est meilleur a BX lol!! Y’a meme pas photo! On veut la suite de Lila!!!!!! Merci!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s