Les impatriés (la suite)

Les impatriés (la suite)

30 rock

Si vous n’avez pas lu cet article du Monde, faites-le. Il raconte le retour en France compliqué de bon nombre d’expats ; les appelants avec familiarité, « les impats ». Néologisme sympa, mais surtout nécessaire. Et oui, c’est qu’il n’y a pas de mot pour nous désigner, nous, expats’ de retour. L’article est bon, vraiment, et il explique comment on en arrive à se sentir étranger chez soi, le cul entre deux chaises, ici et là-bas. Marion en VO en sait quelque chose, elle vient de se faire licencier à NYC et raconte son aventure avec un réalisme poignant. Retour à la case départ, donc pour beaucoup d’expats. NYC la ville d’adoption, Paris la hometown. Et après ? En quatre ans, j’ai vu tous mes potes ou presque repartir, avec ou sans sourire. « L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ». Alors, JFK → CDG, ça se fait sans heurt ? Pas sans stigmate, en tout cas.

Marine, Germain, Béa, Jérôme, Omar, Rudy, Constance, Doryne, Thomas, Sophie, Dyanne, Pablo, Axel, Fred, la liste est longue et ne finie jamais. New York, c’est rarement pour la vie. 2, 3, 4 ans c’est déjà pas mal. J’ai connu une bonne tripotée de jeunes gens dynamiques, sympathiques, sous visa J1, H1B, O1, L1, I, bref, eux seuls peuvent comprendre ces codes. Mais une fois la date arrivée à échéance sur ce bout de papier si difficilement obtenu, fini les Etats Unis, retour au bled. Et après l’Amérique et l’amour du dollar, de l’individualisme, de l’entertainement, de la qualité, du custumer service, et tout ce qui en fait un pays si fascinant, te voilà droppé dans ton village natal, probablement de retour dans ta chambre d’ado poussiéreuse avec au mur, quelques posters de stars de la dance que tu aimais avant de partir faire tes études « en ville ». Tu déposes tes valises, et pars en quête de repères dans cet environnement autrefois familier, mais tu ne retrouves rien de ce que tu cherches. Pas même ta place.

Nous, version US, c’est forcement stylé. On a tous un truc à part, qui te sort du lot là-bas. Style, job, origines, langues, passions, sports. Un truc unique. Tu vois ce que je veux dire ? Tu étais probablement ‘the french boyfriend who knows how to cook crepes au Nutella’ ou toi, la ‘french caribbean chick with great taste in fashion’. Selon plusieurs sources locales (gonflage de chevilles assuré) j’incarnais le summum de l’exotisme. Mi-française (mélange de sexy, classe, french kiss, l’imaginaire US est très indulgent, ils fantasment totalement sur nous) – mi-marocaine (Where is that? Africa, right? Oh so you’re black? What, arabic? Like middle eastern people in Africa? Wow, crazy!). Arabo-européenne avec un accent cute, des cheveux longs et une tête de latina. Le sentiment d’être un modèle unique au monde en terre new-yorkaise. Mais ça, ça ne dure que jusqu’à l’arrivée à CDG. A Paris, je suis juste une Arabe de plus. Et comme tu le sais si bien, quand y’en a une ça va, c’est quand y’en a plusieurs…Bref.

impat1

Donc tu es de retour dans ta chambre d’ado, tu es surnommé(e) l’américain(e) par ta famille et tes amis, et tu te demandes un peu chaque jour, « mais qu’est-ce que je fous là ». Que tu sois revenu(e) ou pas volontairement, le sevrage de New York va prendre du temps. Non, les magasins ne seront plus ouverts 24h/24. Non, la caissière ne fera plus tes sacs de course (d’ailleurs y’a plus de sacs aux caisses maintenant). Non la programmation de la salle de concerts de ton quartier ne sera plus géniale. Au mieux, en hip hop, tu auras un showcase de Rim-K. Non, le barman ne te servira plus de grand verre d’eau fraîche, ni de poivre moulu dans ta salade César. D’ailleurs, tu peux lui dire adieu, à ta salade César. Non, les gens ne seront plus friendly avec toi dans la rue, dans les magasins ou les administrations (pire, ne t’avise pas de sourire à ta voisine dans le métro au risque d’être signalé(e) à la sécurité). Non, les papys ne seront plus en Jordans et casquettes à l’effigie des Yankees, mais plutôt baskets à scratchs et bérets de laine. Non, la gentlemanerie (calculée et pas spontanée, oui, mais gentlemanerie quand même) ne sera plus monnaie courante. Autrement dit, prévois de payer tes trucs toi-même quand tu as un rencart. Non, les taxis ne seront plus ton moyen de transport favori pour descendre cinq blocks. D’ailleurs, tu ne diras plus jamais blocks. Non tu ne mangeras plus de nachos au cinéma, au mieux ce sera un paquet de pop corn XXL, l’équivalent d’une kid size aux States. Non, on ne t’appellera plus seniorita, gorgeous et hot thag dans la rue. Dans ta banlieue, exit le chantant mamacita, bonjour, l’horrible mamazelle. Non, la vie ne sera plus jamais la même. Et ça prendra du temps de te réhabituer à la France. Ca prendra du temps de te sevrer de New York.

impat2

En plus de te réadapter aux Français et au français, il faut te faire une raison, tu as raté le train. Pendant que tu galérais en Amérique à essayer de te faire une place, toi, curiosité exotique à la tête de Mexicaine, ou toi, frenchy expert en crêpes au Nutella, et bien tes potes avançaient sur leur petit bonhomme de chemin hexagonal. Pom pom pom pom. Tu les as laissés bons vivants, cinés, restos, verres, apéros, soirées, boîtes, concerts, weekends sur un coup de tête, vive la vie, on s’aime tous, c’est génial l’amitié. Tu les retrouves englués dans un mariage pas toujours heureux, endettés pour une maison en banlieue, que tu n’es pas prêt(e) de visiter faute de moyens de transport pour t’y rendre, et puis de toute façon, ils ont plus le temps, le taf, le petit, la crèche, la famille, les dîners entre couples d’amis en couple, qui viennent à deux, tu comprends, en binôme, nombre pair, c’est bien plus leur délire que les impats qui reviennent des States. Bref, nos amis se sont accomplis. C’est bien, c’est lisse, c’est beau sur le papier. Toi à côté, tu fais pas le poids ! Aller, on imagine ta réponse à un banal « Et toi alors, quoi de neuf, pas trop dur le retour de New York ? »

– Bah moi, ça va. Je suis à Pôle Emploi, mais bon comme j’étais à l’étranger, j’ai pas de droits. RSA quoi. Et sinon je suis retourné(e) à la cité, chez mes parents. Tranquille. Et voilà, pas d’enfant, mon partenaire est resté(e) aux States du coup on s’est séparé… Ah et j’ai pas de voiture mais j’ai pris un abonnement Velib’, donc j’suis bien quoi. »

impat3

Vachement moins glam que New York. Et puis avant, tu n’avais jamais le temps quand tu revenais en coup de vent une semaine. Et bien maintenant c’est eux qui te mettent des crampes. Tu étais l’ami(e) de New York. Ils te voyaient une fois par an, et parfois sur Skype. C’était presque plus pratique finalement. Résumons donc. Plus de boulot, plus d’appart, plus de potes célibataires, plus de Netflix, et plein de temps. Du temps à en perdre la notion. Va falloir trouver un moyen de combler ces heures de rien. Vu que tes dollars se transforment difficilement en euros, l’heure tourne et te rappelle que même si tu t’en es mis plein les poches pendant plusieurs années, va falloir penser à cherche un job ici. Oui, mais ici, en pleine crise, c’est pas sûr que tu retrouves un taf à la hauteur de ta qualification…et de tes exigences financières. Alors rentrer et se sentir à l’étroit dans cet avenir lisse qui fait bien sur le papier, ou rentrer pour mieux repartir ? Telle est la question, mais si tu restes, compte six à douze mois pour ne plus te sentir étranger chez toi… L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.

Update: Suite à un nombre inquiétant de messages de soutien (ahaha), j’aimerais clarifier les choses : Mon atterrissage a été plus que douillet et je suis entre la France et NYC par choix. Mon visa est encore valable et le Velib, j’adore ! Ce n’est pas que mon histoire que je raconte ici, c’est l’histoire de tous les jeunes expats de retour.

Update 1: Le journaliste du Monde Christian Roudaut, auteur de « L’amère patrie » m’a écrit un gentil message pour me dire merci pour le link vers son article et pour me dire bravo pour mon post. (Waou)

Update 2: L’article a plu, intrigué, fait rire, je ne sais pas, mais il m’a permis de battre le record de vues du blog le 11 Décembre. Boom!

UPDATE 3 : J’ai sorti « New York couleur Lila », mon premier livre ! Découvrez les aventures de Lila, une jeune Parisienne qui part vivre son rêve à New York City >> iBooks http://bit.ly/19HWEKk / Kindle http://amzn.to/1awFEBi / Google Play http://bit.ly/1emB3su / Kobo http://bit.ly/1cuTOIN

Publicités

27 réflexions sur “Les impatriés (la suite)

  1. J’ose pas dire que je like… On se comprend! Enfin je te comprends par anticipation ( ou pas, on croise les doigts ).

    Si tu veux passer des vacances sur l’autre côté, tu sais où t’adresser!

    J'aime

  2. Merci! Mais faut pas flipper, faut pas y penser! Là je vous raconte le pire du retour pour vous faire rire. Ca ne s’est pas passé ainsi pour moi, ni pour mes amis, c’est un mélange du pire, je vous rassure (j’ai reçu des emailss angoissés ‘je ne savais pas que ça avait été aussi dur’) mais ça aurait pu dans un sens. Bref profitez des vos expériences et la France c’est la valeur sure! Même si les shops sont fermés le dimanche, c’est bien. (Et on peut toujours aller à la Défense si on veut boire un stabucks et manger un burger un dimanche soir).

    J'aime

  3. bien ecrit, tout est exact, pas envie de revenir,
    moi, meme quand je vais a Paris, en vacances, je me sens une etrangere, mes amis disent que je suis dans la ‘lune’ car je suis ‘positivie’, il me semble que lá, tous, malgre qu’ils habitent dans un pays du premier monde, sont ‘negatifs’, ou est leur joie de vivre ?

    J'aime

  4. Très bel article, je ne peux qu’y retrouve plein de choses… Et plein de prénom que je connais ! Ah le retour. Ah New York. Ah… pourquoi….

    J'aime

    1. Merci Pascal! Solution intéressante!
      @living the dream, tous les expats aux US le font religieusement!
      @Jasmin OK chérie! Si y’a de la matière en Belgique, écris!!!
      @Raph Small world…
      @Valerie La joie de vivre se retrouve quand on quitte la France en vacances! Et oui, 5 semaines par an! Ça change des US! Restez dans la lune Valerie!

      J'aime

  5. Coucou ! Tout cumulé, je suis partie 4 ans 1/2. Les retours, les valises, les trains, etc… je connais.
    Et je pense qu’un retour, ça se prévoit. A quoi bon rester à regarder vers le passé, là où l’herbe *serait* plus verte ? A voir le verre à demi vide, c’est sûr que le retour n’est pas vécu dans les conditions les plus optimales….. (attention je ne dis pas ça spécialement pour toi, hein !)

    J'aime

    1. Hey e. Oui un retour ça se prévoit, aucun doute là dessus… Sauf quand c’est en Amérique et que ça se prévoit pas, comme le retour de Marion http://marionnewyork.blogspot.fr/2012/11/trois-petits-tours-et-puis-sen-vont-le.html
      Mes amis expat ont un temps d’adaptation c’est sur, mais personne ne parle de voir le verre vide dans cet article. Il est plus question de réussir à trouver sa place que de réussir à organiser un retour. Généralement, après quelques années d’expatriation on est assez rodé et organisé. C’est juste un billet d’humeur à lire avec humour sur ce que peut être le retour des expats. Rien de plus ambitieux 🙂

      J'aime

  6. Completely agree with you, back to home is tough when you enjoyed abroad !! Ça m’a fait la même chose lorsque je suis rentré d Irlande et d’Angleterre ! blues… pkoi tu nessaies pas les gulf countries ? Je suis sur qu avec ton expérience et le fait que tu sois issues de deux cultures ( arabo européenes ) , ton profil est fortement apprécié notamment à Dubaï et au Qatar ! You should try, futur is there !!!!

    J'aime

  7. Article fabuleux, et o combien vrai! J’ai aussi pas mal souri et ri, parce que j’ai reconnu pas mal de situations dans lesquelles je me suis retrouve … ah la France! Comme dit ton amie Mario « you’ll always have Starbucks » 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s