Retour au bercail

Retour au bercail

Je crois que j’ai été brainwashée. À coups de propagande Oncle Samienne. À trop regarder CNN, je sais ce qui se passe dans toutes les campagnes américaines, mais pas en Russie ou en Inde, ou encore moins en Europe. À trop regarder E! Entertainement, je sais ce qui se passe dans la vie de Kim, Kloe et Kourtney Kardashian mais pas dans la vie des gens qui comptent. Et à dépenser des sous sans arrêt, je sais combien coûtent des baskets Y-3 mais pas le loyer de mes parents. J’rêve ou j’oublie c’qui est important ? Je suis plus apte à reconnaître les stars de la télé-réalité-soupe U.S que nos ministres ou joueurs de foot, voire certains de mes nouveaux cousins/cousines. Il s’est passé quoi là ? Je me suis tout simplement fondue dans la masse. J’ai voulu vivre à la française, garder le contact et mon béret, puis, au bout de quelques mois, ça a vrillé en vie à l’américaine. Je me suis retrouvée, mangeant des crevettes frites et des cheesecakes, découvrant les sœurs Kardash’ et lisant avec honte les magazines people lorsque j’allais me faire faire les ongles, oubliant d’envoyer le mail hebdomadaire promis à mes tatas ou souhaitant les anniversaires avec une semaine de retard. Après 18 mois sur place, moi aussi je dis « Oh My God » niaisement (sans faire exprès), je raconte mes histoires de dates à mes copines américaines en terrasse dans le Meat Packing District sirotant mon coca light, et j’en suis presque au point de manger du pop corn au cinéma. L’exception culturelle se meurt. Mes racines s’effacent. Je veillais à acheter une baguette de pain par semaine. Je tiens difficilement le rythme d’une par mois. Damn ! J’ai dû changer. Et ça, je le réalise surtout quand je rentre en France. Parce que le choc culturel est inévitable…

Après 18 mois à New York, et certes quelques retours par-ci, par-là dans l’hexagone, le carambolage des us et coutumes me fait réfléchir. En arrivant dans la Grosse Pomme j’avais la nausée tellement la culture y est indigeste. Mais là, ça me fait l’effet inverse. En France (surtout en province, d’où j’écris ce poste) je me sens pas bien à ma place. Et là tu vas me trouver arrogante mais NON NON NON, je suis juste réaliste. Et un peu déboussolée. Demande à tes potes qui reviennent de New York, même après une semaine, ils ont la tête retournée, et un avis sur tout en prime. Moi ça fait un an et demi. Soit 78 semaines. Hum. Le pire c’est que j’ai l’impression d’être ultra française aux États Unis. D’ailleurs on me le dit tout le temps « You’re SOOO French », quand je leur explique que le socialisme n’est pas une maladie et que le beurre et la margarine, c’est pas pareil. J’sais jamais si c’est un compliment ou une putain d’insulte. Pire, à New York, j’adore chercher chaque petit trait de notre culture enfouie, et je m’extasie quand j’en trouve : « Oh, un dessin de The Dude dans la rue » ; « Yeah, un film français à l’affiche de ce petit ciné » ; « Ah une épicerie fine avec des galettes bretonnes » ; « Oh, Soprano à Times Square » et j’en passe. Mais à trop chercher les différences, je ratais l’essentiel. Et au fur et à mesure, je ne les ai plus vues, ces différences.

Bref, revenons à ce choc culturel. En fait, New York ça a tellement la cote dans les charts des villes du monde qu’en arrivant en France j’me suis un peu crue en terrain conquis. Y’a une sorte de ‘street’ hiérarchie et il s’avère qu’au dessus de New York, y’a pas grand chose. Tokyo peut être. Oui, Tokyo ou Hong Kong. Mais Paris reste en dessous. Donc, je me suis transformée le temps de quelques jours en Carrie Bradshaw en carton, persuadée que je débarquais de la meilleure des villes, avec sur le dos des fringues qui coûtent chères mais que j’ai pas eu chères (Oui NYC est une ville constamment en solde), avec mes ongles clinquants fraîchement limés par une Coréenne sous payée, avec la coupe d’Angelina Jolie, le sac de Rihanna et des anecdotes plein la tête. Pour moi, là, tout de suite maintenant, je suis dans le juste. Ahah, quelle candeur ! Pendant quelques jours encore, le temps de redescendre, je critique Paris, rouspète contre le système français, trouve tout beauf. Bref, je fais ma chieuse prétentieuse. Et j’en suis désolée. Mais c’est pas ma faute, c’est l’effet New York ! Tu y es maintenu dans une illusion quasi-magique d’avoir à porté de main les meilleures choses du monde. Cette foutue ville bousille la tête et on y perd les pédales à prendre tout pour acquis. Le pire, c’est que de là-bas, on pense que le monde vit comme nous. Et ceux qui n’ont pas cette chance le souhaitent au plus haut point. Mais en fait non.

Quand je rentre à la maison, ça me permet de remettre ma balance à zéro. De relativiser, de réaliser que NON « c’est PAS ça qu’est la vérité ». Que dans la vie on n’a pas à se battre chaque seconde contre cette force qui vient de je ne sais ou mais qui agit comme une aura maléfique au dessus des 5 boroughs de New York City. NON il n’y a pas que des gens arrivistes, intéressés, over-hypes, riches à en vomir, ou en dépression. NON on n’est pas obligé de consommer chaque jour un peu plus pour se sentir exister. Pas la peine d’accorder la couleur de son vernis à ses chaussures, ni celle de sa ceinture à son sac. En gros OUI, il y a une vie en dehors de New York et de ses codes de bienséance, j’en avais une avant, j’en aurai une après. Et c’est tant mieux.

Après quelques jours à Paris puis en province, j’ai déjà oublié la moitié de mes mimiques new-yorkaises et je réalise que je peux vivre sans mes bijoux, vernis et masque. Personne ne semble y faire attention, alors tiens, pendant que je suis en province je vais laisser mes mains nature. Et puis comme la mode est aux pantalons amples à fleurs, je me dis que je ne vais pas trop me prendre la tête côté style parce que visiblement, les tendances été 2010 sont…décontract’. Je mange dehors et profite du concept des prix tout inclus, chose qui n’arrive pas à NYC, puisqu’au prix de la carte s’ajoute la taxe et le pourboire. Alors je me fais un plaisir de ne payer que 2,90 euros mon thé, je laisse 10 cents de pourboire et tout le monde est content. Bref sans vernis, sans style et sans pourboire, depuis la province, la vie change. J’ai de vraies discussions avec de vrais gens, on refait le monde, parle musique, politique, santé, bouffe, médias, business et parfois même, on fait des blagues carambars. Ahhh ! Merci ! Qu’il est bon de se sentir sur la même longueur d’onde que ses interlocuteurs. Et puis j’observe mon pays avec un œil nouveau, un œil qui note toutes les différences, voire qui critique. Ouais bon, qui critique vénère, j’avoue, mais j’arrive pas à contrôler mon cerveau qui va à 1000 à l’heure quand il voit un mec avec une banane Lacoste autour du cou ou la famille Dubouchon qui râle après la terre entière pour pas grand-chose… Et puis qu’est ce que c’est que ce style Baby Milo/Airness là. Non mais voyons. Quand je vois ça j’ai envie de le partager avec le monde via un twitpic et de rire. Mais personne ne tweet. Personne ne semble même utiliser internet tant que ça. D’ailleurs, personne ne sort du lot, et ils ont l’air bien heureux pourtant. Finalement y’a qu’une bouffonne au milieu de ce p’tit monde provincial qui semble stressée, c’est moi. A trop regarder les différences, encore une fois, j’en oublie l’essentiel…

Passé ces retrouvailles avec mon pays natal, je réalise que les réunions familiales emplissent le cœur d’une sérénité ineffable. Rien ne peut remplacer cette bulle de bien être. Alors quand en plus tu fais un déjeuner familial, là t’es comblé ! Parce qu’à New York j’en rêve chaque jour et c’est incontestable, la nourriture française est vraiment PUTAIN d’bonne. La marocaine aussi d’ailleurs. Je m’étais habituée au goût insipide d’à peu tout là-bas, endurcie à ce que les sauces vinaigrettes aient plus de saveur que les légumes dans mes salades, à ce que le pain ne croustille plus, à ce que le saumon fumé soit rose fluo et se coupe sans couteau. Depuis que je suis rentrée, mes papilles pensent que c’est le réveillon de Noël tellement ça change. Et puis dès que je suis en France je prends un plaisir fou à aller faire les courses et découvrir les nouveaux produits. Kinder bueno chocolat blanc, Pim’s fraise, fraises tagada ‘Pink’. Ça change tellement de mes rayons aux produits clinquants qui rendent manifestement les Américains heureux mais pas moi… Damn, qu’il est bon d’être à la maison. Enfin, au domicile familial… Encore quelques jours pour en profiter avant de rentrer au bercail, dans mon nouveau chez moi, là où je ne vois plus les différences, là où je me fonds dans la masse, là où je suis heureuse d’être, mais où je vais devoir remettre mon masque, j’ai nommé New York City.

Publicités

17 réflexions sur “Retour au bercail

  1. très bel article touchant de sincérité et une belle définition de l’expatriation… J’espère lire ton article qui racontera ce que tu verras de différent une fois retournée à NYC

    J'aime

  2. Magnifique article ! Je n’ai plus besoin de dire à mes potes et à ma famille comment je me sens, je vais leur envoyer le lien de ton blog !
    Et puis la soundtrack est tellement bien choisie 🙂
    Je suis contente de voir que the Travelin’ Girl is back in the game !
    C’est fou quand même NY, on sait que c’est addictif, on sait que ça peut vite tourner en miroir aux alouettes, et pourtant si je pouvais j’y retournerais direct sans hésiter et dès aujourd’hui…
    We got it bad !

    J'aime

    1. coucou Liv
      moi aussi j’ai adoré ! et il est vrai qu’ à travers ses propos je crois avoir un peu deviné ce que tu as pu vivre!
      Bon maintenant…
      gros bisous ma belle

      J'aime

  3. Y a aussi des beaufs à New York!!!! l’échelle de beaufitude n’est pas la même mais elle est présente.
    Mais c’est clair que rentrer en France ça fait toujours mal, quel décalage!!!

    J'aime

  4. @myunoyume Merci! Un peu perso et pas forcement facile à comprendre comme point de vue mais contente que tu apprécies! Comment était New York au fait? Tu y as été récemment right?
    @Liv Ahhh! Tu m’étonnes je t’imagines débarquant dans le sud avec la tête encore à NYC… Ecoute envoies moi des lecteurs pas de soucis! Fais tourner à ta famille et tout. Tu tiens le coup? Boussa
    @Blogvotw La beauferie américaine oui, new-yorkaise, j’sais pas… C’est un autre genre, p’t’être un peu hardcore cas sociaux type Precious, mais j’les trouve pas ringard. Faut aller à Long Island sinon, et là, dans le mille!

    J'aime

    1. Détrompes toi…y en a des beaufs….ceux qui s’excitent dans les bars pendant les matchs des Yankees….la saison de foot va reprendre et certains n’ont rien à envier à nos beaufs français…crois-moi. Comme tu le sais je vis à Manhattan et j’en vois…….L’habit ne fait pas le moine, un beauf en costume ça existe aussi 😉

      J'aime

    2. mon petit voyage à NYC… une semaine c’est vraiment trop court mais j’ai adoré d’avoir la culture disponible à tous les coins de rue, dans tous les domaines… ça foisonne et bouillonne, je comprends pourquoi on l’appelle la ville qui ne dort jamais… par contre je ne sais pas si je pourrais y vivre… je l’ai trouvée trop chère, et trop tentante. Forcément qu’on a envie d’imiter les New Yorkaise avec leur style mais je ne me sentais pas vraiment à ma place. Par contre y retourner régulièrement ne me déplairait pas ^^ tout le temps quelque chose de fascinant à voir… Mon sujet de prédilection étant le Japon j’ai été très bien servie… tu peux regarder mon blog si tu veux, j’y raconte le Japon à NY http://myunoyume.com/japon/category/2010-mai-le-japon-a-new-york/
      En tout cas tu racontes très bien NY, j’aime…

      J'aime

  5. Wouaw! ben didonc!
    Bon ben quand tu vas rentrer là bas, tu vas déprimer??? J’espère pas! Je pense que ça vaut le coup d’avoir une expérience new yorkaise quand même, même si c’est pas la France!
    Même si tu es rentré dans le mode de vie NYC et que tu as adopté certains us et coutumes, ça t’a quand même enrichi! Je pense que je le ferai et j’espère que l’occasion se présentera! Quelques fois on a besoin de superficiels pour évoluer personnellement!

    J’imagine UN PEU le choc! J’ai vécu un petit choc quand je suis rentrée en France après 3 mois en Espagne, près de la mer! Bon Courage!!!

    Bon je retourne regarder les Experts Manhattan avec Mac! (lol)

    Bisous et merci!

    p.s.: t’en pense quoi de la chanson Empire State of Mind de A. Keys et Jay-z??

    J'aime

  6. Article génial et tellement vrai !
    Je m’y reconnais parfaitement avec toutes les « mini » immersions totales à l’étranger que j’ai vécues et particulièrement après ce mois à NY qui m’a beaucoup retourné le cerveau malgré le peu de temps passé là-bas.
    Pour ma part la négativité des Français m’a achevé en rentrant. Ça change des New Yorkais toujours optimistes, dynamiques, ambitieux etc… T’as l’impression que tout est possible ou envisageable alors qu’en France on trouve toujours des arguments pour te casser…

    Les supermarchés français sont aussi excitants que des parcs d’attractions, y’a pas à dire, les marques alimentaires françaises sont vraiment innovantes en terme de packaging et de recettes. C’est vraiment pas le cas en Amérique du Nord, à ce niveau je trouve qu’ils sont en retard !
    Sinon ce qui fait aussi plaisir en rentrant c’est la freebox, les cartes cinés illimitées, payer le prix TTC et ne pas être obligé d’ajouter de pourboire, le pass navigo qui est BEAUCOUP plus pratique que la Metro Card de la MTA (qui ne marche plus dès que tu la plie légèrement) …

    Mais bon, après quelques semaines le retour fait VRAIMENT mal et on a qu’une envie c’est de se barrer ! lol

    J'aime

  7. le 13 aout cetait mon anniversaire, et le 14 cest celui de ma mere. jai tellement envie detre avec la mif apparement il font un anniversaire qui ressemble plus a l’Aid lol. Bref une fois de plus tu decris avec pertinence et sincereite ce qu’est un retour au sources. J’atteris a Paris le 15 sept et direction Toulouse jte dirais si ca fait le meme effet. La derniere fois que je suis rentree je crois que jai pleure pendant 2heures tellement jetais contente de voir la mif lol. Et jai realise que Courtepaille et Flunch meritent detre 5 stars dans le guide du routard.

    besos amuse toi bien

    J'aime

  8. @lmv9712 Si tu as l’occasion, je te le conseille vivement! Et la chanson Empire State of Mind est un gros hit, hymne new yorkais des temps moderne. J’ai une preference pour le part II d’Alicia 😉
    @Araki Ahah! C’est toujours bon de voir qu’on n’est pas les seuls à ressentir ça! Fais signe si tu repasses dans le coin miss 🙂
    @Freeeeee Rhooo mais tu reviens quand après? Fort Greene get together avant le 15 alors? Joyeux anniversaire en retard Frida! + big up à la mama!

    J'aime

  9. no prob pr le get together
    side note je suis en train de mourir sur youtube et je regarde un clip de Vibe « no blagada » le mec a pas peur il prend le G train normal
    ahahah
    je sors

    J'aime

  10. Super article, avec ma courte expérience de quelques mois à New York je retrouve pas mal de symptômes que j’ai pu avoir à mes retours en France (qu’est ce que je peux critiquer la France maintenant…). Bon par contre je ne suis jamais arrivé au « oh my god » prononcé niaisement, lol (tellement ricain) en même temps je ne suis pas une meuf…
    J’pense qu’en general New York est tellement « stylé » (encore que parfois cela manque vachement de goût) et que nôtre petite France a tellement de charme, c’est toujours noël la bouffe ici comme tu dis, et si en plus tu bouffe marocain ! là ya moyen de placer un « Damn! » comme tu dis aussi.
    Je dois revenir à New York à la rentré, j’ai hâte de lire les deniers potins sur les Kardashians… or not… la ligue 1 va me manquer ouais…
    Bye

    J'aime

  11. Bravo pour cet article, je l’ai lu plusieurs fois, et à chaque fois je me dis : oui, c’est tout à fait ça! J’ai vécu plus de 3 ans en Amérique du Nord, et à chaque retour en France, le même choc culturel, c’est toujours aussi déroutant à chaque fois, ça ne s’arrange pas avec le temps! Maintenant je vis à Paris depuis 3 ans, j’étais rentrée avec la bonne résolution de me poser enfin en France, mais je n’ai qu’une envie, repartir!

    J'aime

  12. Merci pour ces coms!
    @Romz comment s’est passé ton séjour?
    @Mae25 Merci pour ce message plein de points d’exclamation! Je pense que quand tu as gouté à l’étranger, c’est difficile de revenir au bercail…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s